Accueil Sports Football Football belge Division 1A

Hans Vanaken, le chef d’orchestre du Club de Bruges

Indispensable dans le jeu brugeois, Hans Vanaken est le métronome du Club depuis l’entame de la saison. Piqué au vif pour avoir débuté la rencontre à Charleroi sur le banc, le médian a offert un véritable récital après la pause, de quoi permettre à ses couleurs de viser le titre à Sclessin…

Temps de lecture: 2 min

Longues balles chirurgicales, technique au-dessus de la moyenne et vision digne d’un aigle. Les superlatifs entourant Hans Vanaken sont légion et mènent tous à la même conclusion : il est le patron du jeu du Club de Bruges.

Auteur de quatorze buts et dix-sept passes décisives, toutes compétitions confondues, depuis l’ouverture de la saison, il marque chaque rencontre de son immense empreinte.

Et ce n’est pas le déplacement à Charleroi qui est venu bouleverser ce constat et ce, en dépit de sa position de remplaçant. En prenant la place d’un Jordy Clasie inexistant, le milieu de terrain longiligne s’est promené dans la défense des Zèbres, le tout en plantant la rose permettant à Bruges de prendre l’avance.

« Je savais que je n’avais pas livré une grosse prestation la semaine précédente contre Anderlecht », précisait-il au terme du succès glané au Mambourg. « J’ai donc compris le choix du coach mais, au moment de monter au jeu, je désirais lui prouver qu’il avait eu tort ».

Une force mentale à l’image de celle des partenaires du chef d’orchestre. Bousculé dans ses certitudes depuis l’entame des playoffs, Bruges a trouvé les ressources mentales pour l’emporter à Charleroi et peut désormais soulever le sacre sur la pelouse d’un Standard survolté. Une fois encore, la différence risque de se faire dans la ligne médiane et ce, à coups de duels aussi âpres que multiples. Et, dans ce domaine, Hans Vanaken doit encore progresser. Lui prendre le cuir s’apparente souvent à un véritable chemin de croix mais une fois qu’on lui taquine les chevilles, l’ancien sociétaire de Lokeren perd le fil de ses idées.

Si les Rouches veulent l’empêcher de faire parler sa précision chirurgicale, ils devront trouver le juste équilibre entre respect et agressivité. Si cette mission n’est pas remplie, ils s’exposeront à des transmissions directes, portées vers l’avant et épineuses pour une défense. Et quand le médian fait parler la poudre, le Club acquiert une autre dimension. Celle qui lui permet de se présenter en bord de Meuse sans pression grâce à son avance de quatre unités sur son hôte du jour. Une position rendue confortable grâce aux arabesques et autres assists d’un garçon encore trop tendre pour les Diables rouges mais bien décidé à glaner son second titre en trois ans…

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Division 1A

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb