Accueil Environnement

Le déchet, ce nuisible à éviter

Alors que le Belge produit 418 kg de déchets par an, des citoyens veulent faire fondre leur poubelle. L’association « Zero Waste Belgium » les aide dans leur démarche visant notamment à se passer des emballages jetables

Temps de lecture: 3 min

M oins, c’est plus  », c’est ainsi que Cécile résume le style de vie zéro déchet. Elle l’a découvert en 2014. «  Après une période de transition d’un an durant laquelle j’ai dû me séparer de pas mal d’objets et d’habitudes, je me suis débarrassée de ma poubelle. Depuis lors, tous mes déchets entrent dans un bocal à confiture. Trouver des astuces pour réduire mes déchets est devenu une passion que j’ai envie de partager avec tous ceux qui ont envie de se simplifier la vie et de vivre en phase avec leurs valeurs écologiques.  »

Ils sont une vingtaine, l’un ou l’autre quinqua ou sexa mais pour la plupart âgés entre 25 et 40 ans, à avoir rejoint Marc, un autre ambassadeur de l’association Zero Waste Belgium, sur une place de Bruxelles. Conscientisés à la protection environnementale, certains horrifiés par la montagne d’emballages qui passent entre leurs mains chaque année, ils souhaitent réduire leur impact sur l’environnement en faisant maigrir leur poubelle. Et pourquoi pas, atteindre le graal, soit l’absence de production de déchets, même si pour beaucoup cela revêt de l’utopie.

« Contenants bienvenus »

C’est parti pour une balade à pied dans le quartier afin de découvrir les bonnes adresses « zéro déchet » : des magasins avec au minimum un rayon vrac, où l’on peut remplir ses bocaux et sacs réutilisables de l’exacte quantité de denrées dont on a besoin, mais aussi des échoppes de boulanger ou de boucher qui acceptent volontiers de remplir les contenants apportés par les adeptes du zéro déchet. Certains de ces commerçants affichent désormais un autocollant « contenants bienvenus » sur leur devanture. Au fil des rues, d’autres alternatives zéro déchets sont mises en avant, comme les bibliothèques et ludothèques, les composts de quartier ou encore les magasins de seconde main.

Outre ces balades pédestres, l’association organise des ateliers couture « The Taste of No Waste » pour apprendre au quidam à confectionner, sous la houlette de couturières passionnées et à partir de tissus de seconde main, ses propres sacs à vrac. Ou son sac à baguette, comme ce mercredi 16 mai, de 14h30 à 17h, à la Maison des femmes de Schaerbeek. Grâce à Huguette la brodeuse, Il est même possible de personnaliser son sac. Alors que l’association met à disposition machines à coudre, fils et tout le matériel nécessaire, le prix est doux, libre et conscient avec une participation minimale fixée à 5€.

« Partage d’expérience »

Quant à la « Zero Waste Experience », c’est du coaching zéro déchet personnalisé.«  Nous pensons qu’il n’existe rien de mieux que le partage d’expérience pour apprendre à vivre en mode zéro déchet , explique-t-on au sein de l’association Zero Waste Belgium. C’est pourquoi nous mettons en relation des citoyens en quête d’informations pour se lancer ou avancer dans une démarche zéro déchet et des volontaires engagés dans le zéro déchet pour les coacher afin de créer une dynamique citoyenne locale. C’est une manière d’échanger tous les trucs et astuces et toutes les bonnes adresses du zéro déchet entre voisins. » L’expérience se met notamment en place à Forest et à Watermael-Boisfort.

Toutes ces actions visent le même but : faire diminuer la production annuelle de déchets des Belges. Elle atteint aujourd’hui le chiffre faramineux de 418 kilos de déchets par tête de pipe.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Aussi en Environnement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une