La «taxe carat» sur les diamantaires rapporte davantage que prévu

© Reuters
© Reuters

Le régime d’imposition spécial pour les diamantaires, surnommé « taxe carat », a rapporté l’an passé 68,4 millions d’euros pour l’État, soit plus que les 51,2 millions d’euros de l’année précédente et que les 50 millions d’euros budgétisés, rapportent De Standaard et de Gazet van Antwerpen lundi.

Sous ce régime, les diamantaires paient les impôts de société normaux – en 2017 encore 33,99 % – mais seulement de 0,55 à 2,1 % sur leur chiffre d’affaires, en fonction du nombre de déductions qu’ils peuvent facturer.

Ce régime a rapporté 68,4 millions d’euros en 2017, soit plus que les 50 millions d’euros escomptés. Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) estime que ce montant peut encore augmenter, car les chiffres ne concernent que les versements anticipés des diamantaires.

Par le passé, le secteur ne reversait qu’une vingtaine de millions d’euros à l’administration fiscale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous