Accueil Monde Proche-Orient

Proche-Orient: la «nakba» palestinienne a aussi 70 ans

Ce que les Palestiniens appellent la « nakba » (catastrophe) a eu lieu en 1948. Comme la création d’Israël, célébrée ces derniers jours. Histoire d’une dépossession et d’un exil qui hantent les mémoires palestiniennes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

La « nakba » (catastrophe, en arabe) a le même âge qu’Israël : 70 ans. Les Palestiniens ressassent ce mot depuis sept décennies. Les commémorations ont traditionnellement lieu le 15 mai, au lendemain de l’anniversaire de la création de l’État d’Israël, mais cette année le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv vers Jérusalem a avivé les émotions et précipité les événements, surtout dans la bande de Gaza, le territoire palestinien le plus enclavé, où la notion d’enfermement s’additionne à celles de dépossession et d’exil.

Qu’incarne la nakba aux yeux des Palestiniens ? Une expression résume leur ressenti : nettoyage ethnique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par albert vynckier, mardi 15 mai 2018, 18:36

    les seuls à être chez eux, ce sont les morts juifs ou arabes. ceux-là ne seront pas déplacés.

  • Posté par Passtoors Hélène, mardi 15 mai 2018, 17:16

    Baudouin Loos, excellent connaisseur - reconnu - de l'histoire d'Israël et la Palestine, et du Moyen-Orient. Merci ce rappel. Et surtout le rappel de la négation par Israël de l'histoire. Il manque encore le mythe que ce territoire était 'vide' ou presque. C'est effrayant de penser combien de gens, surtout en Israël même, croient encore à ces mensonges. Et on se demande à quoi ressemblent les manuels d'histoire des écoles israéliennes encore aujourd'hui? Vous le savez, Baudouin Loos?

  • Posté par Ystan , mardi 15 mai 2018, 11:20

    L'Histoire est tragique, mais les jeunes palestiniens devraient peut être s'en prendre plus à leurs dirigeants qui les ont conduits de désastre en désastre depuis 1948 et qui malheureusement continuent sur le même chemin. Cette situation est inextricable.

  • Posté par Passtoors Hélène, mardi 15 mai 2018, 17:26

    Tout aussi 'inextricable' que l'était l'apartheid? Ou l'Algérie? Par exemple; il y en a eu d'autres.. Alors vous voulez que les jeunes se laissent écrabouiller, humilier, opprimer, même affamer sans résister? Bon, je suppose que si vous aviez vécu pendant la dernière guerre mondiale, vous auriez dit la même chose à ceux qui ont résisté aux Nazis? Rappelez-vous qu'il s'agit non seulement d'actes illégales, mais des crimes. Les pire crimes qu'on connait: des crimes contre l'humanité.

  • Posté par Denis Jean-pierre , mardi 15 mai 2018, 14:23

    Les dirigeants n'ont fait que défendre leur droit! Exactement comme aujourd'hui! Le droit international est bafoué chaque jour ainsi que les droits de l'homme. La question est de savoir si l'on veut défendre le droit qui est celui de la communauté internationale ou si l'on souhaite donner raison à ceux qui le bafouent! Etat de droit ou raison du plus fort? Pour ma part la responsabilité vient de ceux qui n'ont jamais voulu intervenir pour faire respecter ce droit dont ils se gargarisent "in tempore suspecto" :-)! Une idée? rabaisser le statut privilégié d'Israël avec l'Europe! Ce favoritisme est inadmissible! De la même façon que c'est inadmissible de voir des représentants de pays membres de l'Europe assister aux cérémonies couronnant le succès de la politique de l'illégalité!

Plus de commentaires

Aussi en Proche et Moyen-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs