Des activistes écologistes s’introduisent chez Engie Electrabel pour lui «rendre ses déchets nucléaires»

Une soixantaine d’activistes de l’Ensemble Zoologique de Libération de la Nature (EZLN) se sont introduits, lundi après-midi, dans les locaux d’Engie Electrabel à Bruxelles pour dénoncer le projet d’enfouissement de déchets radioactifs en Belgique. L’un d’eux a été arrêté, mais les policiers sur place ont assuré qu’il n’y aurait pas de suite.

Déguisés en animaux, les membres du collectif ont abandonné une dizaine de faux barils nucléaires dans le hall d’entrée. L’action n’a duré que quelques minutes avant l’arrivée de la police.

L’EZLN, qui avait déjà mené de telles actions chez Bayer, Fluxys ou encore BNP Paribas Fortis, accuse Engie de crimes environnementaux et climatiques avec la complicité des ministres fédéraux Kris Peeters et Marie Christine Marghem.

Le gouvernement devra décider cette année de la manière de gérer les déchets radioactifs des centrales, et ce, sur base d’un avis de l’Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies (Ondraf). Cet avis propose d’enfouir les déchets radioactifs de haute activité et/ou de longue durée de vie sous des couches géologiques considérées comme hermétiques telle que l’argile. Alors que la région de Boom était nommée en 2010, la nouvelle note de 2018 ne précise plus de lieu de stockage, suivant ainsi une demande expresse du gouvernement fédéral. Malgré ce changement, les activistes déplorent qu’aucune évaluation stratégique supplémentaire des incidences sur l’environnement n’est nécessaire selon l’Ondraf.

« Un crime contre l’environnement et contre l’humanité »

«Il n’existe aucune solution pour ce type de déchets nucléaires mais les enfouir sans étudier l’impact environnemental que cela aura sur le long terme et sans aucune possibilité d’y accéder en cas d’incident, c’est potentiellement un crime contre l’environnement et un crime contre l’humanité que les ministres en charge s’apprêtent à autoriser», déclare l’EZLN, qui demande une solution de stockage sécurisée et qui plaide pour la fermeture des centrales avant 2025, en respect du plan énergie-climat 2030.

La députée fédérale Ecolo Zoé Genot était présente en tant qu’observatrice. «Cette méthode est celle qui leur permet de faire le plus de bénéfices, mais elle est dangereuse. Si ces bidons éclatent sous terre, on ne saura pas le contrôler. Si ces bidons restent à un endroit visible, on pourra éviter qu’un accident ne se produise.»

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charlotte Martin
: «
 Les questions du public sur les vaccins sont légitimes, il faut y répondre clairement et sereinement
».

    Le manque de vaccins fait trébucher le système de santé des Belges

  2. d-20181019-3P6Q92 2018-10-19 16:31:16

    Laurette Onkelinx, la dernière séance: «La politique est gloutonne, j’ai payé le prix fort»

  3. SOCCER JUSTICE SPORTING ANDERLECHT TRAINING CENTER SEARCH

    Un air de sérénité pendant les perquisitions à Anderlecht

Chroniques
  • Un «Stemtest» pour voter en connaissance de cause

    Sa première annonce, il y a quelques semaines, était plutôt hésitante : « Ah oui, le président de parti me murmure que je dois dire explicitement que je suis candidat Premier ministre. » Depuis cette révélation, Jan Jambon, vice-Premier ministre dans le gouvernement précédent, ne cesse de le répéter, d’abord à la presse flamande ; après en français, et même dans un clip lancé sur tous les réseaux sociaux : « Je suis Jan Jambon, et je suis candidat Premier ministre. » Pour Charles Michel, l’actuel Premier ministre, c’est son porte-parole, Georges-Louis Bouchez, qui répond au micro de LN24 : « Charles Michel serait un meilleur Premier ministre, j’en suis certain ». Puis, n’oublions pas Elio Di Rupo, toujours président du PS, qui, déjà en automne 2018, expliquait sur le plateau de Jeudi En Prime qu’« être Premier ministre signifie...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite