Décès de Naomi Musenga: l’opératrice du Samu dénonce «des conditions de travail pénibles»

Les membres de la famille de Naomi Musenga et leur avocat ©AFP
Les membres de la famille de Naomi Musenga et leur avocat ©AFP

L’opératrice du Samu qui a pris à la légère l’appel de Naomi Musenga, morte quelques heures plus tard, a dénoncé «  des conditions de travail pénibles  » dans l’émission 66 minutes, mise en ligne lundi sur le site de la chaîne M6.

«  On est sous pression en permanence. On travaille en douze heures d’affilée. C’est des conditions de travail qui sont pénibles  », a expliqué l’opératrice au téléphone avec une journaliste de l’émission.

«  Je peux rester deux ou trois heures accrochée à mon téléphone, parce que je n’ai pas le temps de me lever tellement ça déborde de partout  », a détaillé l’agent, qui a été suspendue à titre conservatoire par les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) après la diffusion de l’enregistrement de sa conversation avec Naomi Musenga.

La jeune femme, âgée de 22 ans, était décédée fin décembre, victime d’un infarctus, quelques heures après avoir appelé le Samu en raison d’intenses maux de ventre. L’opératrice, sur un ton moqueur, l’avait invitée à contacter SOS Médecins.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je veux les élections le 23 décembre prochain, mais avec des bulletins papier
», martèle Martin Fayulu, farouchement opposé à la «
machine à voter
».

    RD Congo: «Les gens savent que le changement c’est Fayulu»

  2. Edition numérique des abonnés

    Guide Michelin: un seul trois étoiles en Belgique, est-ce grave?

  3. FeluyPolice (2)

    Les gilets jaunes: «Nous sommes apolitiques et nous le resterons»

  • France-Belgique: cultiver ce qui nous unit

    C’est une visite pratiquement inédite qu’Emmanuel Macron entame ce lundi en Belgique. Inédite, parce que jamais depuis 1971 un président français n’avait fait une visite d’Etat au Royaume. Et encore, le protocole français considère-t-il la visite qu’avait alors effectuée le président Pompidou auprès du roi Baudouin comme une « simple » visite officielle.

    Au soir de l’élection d’Emmanuel Macron, le 7 mai 2017, le roi Philippe fut tout simplement le premier à proposer une visite d’Etat au...

    Lire la suite