Accueil Sports Football Football à l'étranger

L’énorme chantier de Mancini

Après le refus de Carlo Ancelotti, Roberto Mancini, 53 ans, sera bel et bien le nouveau sélectionneur de l’Italie. Son contrat à peine résilié avec le Zenit Saint-Pétersbourg, il en signera un autre de deux ans, jusqu’à la fin de l’Euro 2020, avec la fédération transalpine (FIGC) ce mardi. Premiers tests contre l’Arabie saoudite (28 mai), la France (1er juin) et les Pays-Bas (4 juin).

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

À son débarquement à Fiumicino hier sur le coup de midi, Roberto Mancini n’a guère été loquace. Mais, au fond, l’ex-entraîneur de l’Inter et de Manchester City avait-il besoin de discourir des heures et des heures pour montrer son attachement à sa future fonction ? En novembre 2017, après le fiasco contre la Suède en playoffs de la Coupe du monde, Mancini avait spontanément posé sa candidature à la succession de Giampiero Ventura. Et au fur et à mesure que les négociations se précisaient, jamais il n’en a fait une question d’argent. Avec l’Italie, il percevra 4 millions € net en 2 ans (plus prime de qualification pour l’Euro), mais, surtout, en abrégeant de 2 ans son séjour en Russie, il renonce à 13 millions d’euros.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football international

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs