Un centre fermé pour familles avec enfants: «Indécent» pour les associations (vidéo)

Un centre fermé pour familles avec enfants: «Indécent» pour les associations (vidéo)

Insupportable, inacceptable, indécent… L’ouverture d’un centre fermé pour des familles de migrants avec enfants, à côté du centre 127bis à Steenokkerzeel (Brabant flamand), passe mal auprès des associations. Sudpresse et Het Laatste Nieuws rapportent mardi que le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) a obtenu le feu vert du conseil ministériel restreint sur ce dossier controversé.

« On n’enferme pas un enfant. Point », martèle Bernard De Vos, délégué général aux droits de l’enfant. Les associations combattent depuis plusieurs mois cette volonté du gouvernement d’enfermer, en ultime recours, les familles de migrants avec enfants. Le projet d’arrêté royal devra passer devant le Conseil d’Etat et en cas de feu vert, un tel centre pourrait ouvrir dès juillet.

Pour les associations, détenir un enfant est inacceptable et contraire à la Convention générale des droits de l’enfant de 1989, que la Belgique a ratifié. Celle-ci institue que l’intérêt supérieur de l’enfant doit être primordial. « Or, il est évident qu’il ne sera jamais dans l’intérêt de l’enfant d’être enfermé », s’exclame la Ligue des droits de l’Homme.

D’autant plus que la Cour européenne des droits de l’Homme a condamné trois fois la Belgique pour avoir enfermé, entre 2004 et 2008, plus de 2.000 enfants avec leurs parents dans des centres fermés, rappellent le Ciré (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers), la Ligue des droits de l’Homme et M. De Vos.

Un moratoire a ensuite été décidé et des alternatives mises en place, avec les maisons de retour dans lesquelles les familles disposent « d’une liberté de circulation et d’un accompagnement » de l’Office des étrangers, explique Sotieta Ngo, directrice du Ciré. Selon elle, cela a abouti à de bons résultats, avec près de la moitié des familles qui sont rentrées dans leur pays, selon un bilan établi par plusieurs ONG en 2012.

Dès lors, aucun ne voit l’intérêt d’enfermer ces enfants dans des centres. « Le secrétaire d’Etat a beau présenter ces unités comme des eldorados avec des plaines de jeux et seulement un grillage autour, cela reste de la détention », relève le délégué général aux droits de l’enfant. Le gouvernement fédéral assure que l’enfermement restera la solution ultime, « à n’utiliser que pour les familles qui refusent de rentrer ou qui ont déjà fui… Mais si la fin est la détention, c’est toute la chaîne qui est pourrie. On ne pourra pas travailler en confiance », poursuit-il.

Un autre élément dénoncé : l’emplacement de ces unités de logement, juste à côté du centre 127bis et tout proche des pistes de l’aéroport de Zaventem. En conséquence, les enfants se retrouveront dans un «  environnement et une ambiance particulière, dommageable pour l’éducation de l’enfant », déplore M. De Vos et seront exposés à « des volumes sonores liés aux décollages et atterrissages des avions néfastes pour la santé et le sommeil », dénonce Mme Ngo.

Enfin, comment assurer la continuité de la scolarisation des enfants, obligatoire en Belgique, dans ces centres fermés, s’interrogent la Ligue des droits de l’Homme et le délégué général aux droits de l’enfant. « Ce sera tout bonnement impossible. On voit bien que la volonté est de les envoyer le plus rapidement possible dans un avion », note M. De Vos.

La Ligue des droits de l’Homme indique qu’elle étudiera les possibilités de recours si l’arrêté royal est approuvé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite