Le monde mis à prix à Bruxelles

En ouverture, un grand moment bruxellois avec une suite de dessins du XVIIIe  siècle, considérée comme le chef-d’œuvre d’un certain Van Orley, Richard de son prénom, qui fut avec son ancêtre le peintre Bernard et son frère cartonnier Jean, l’un des membres les plus célèbres de cette dynastie bruxelloise originaire du Luxembourg et établie dans le duché de Brabant dès le milieu du XVIe siècle. Toujours est-il que l’œuvre dessiné et gravé de cet artiste eut beaucoup de succès au XVIIIe  siècle puis tomba dans l’oubli jusqu’aux années 1980 !

Reconsidéré aujourd’hui, son art s’exprime dans toute son originalité et sa grandeur dans cette extraordinaire suite de 86 dessins composant Les Avantures de Telemaque, fils d’Ulÿsse, roman initiatique dont l’artiste bruxellois exploite les scènes les plus spectaculaires qu’il n’hésite pas à enrichir de scènes variées issues du monde champêtre, maritime, mythologique ou architectural qu’il anime de détails pittoresques et d’artifices scéniques issus de sa propre imagination.

Ses dessins combinant la plume et le pinceau pour les lavis, valent pour leur organisation spatiale, leur finesse et leur minutie tant au niveau du détail que des rendus. L’illusion du mouvement, la fluidité des arrière-plans, la grande maîtrise des clairs-obscurs et la virtuosité des lavis en font des pièces exceptionnelles et coûteuses puisqu’il faudra débourser 45-60.000 euros pour acquérir cet important ensemble, qui plus est en très belle condition (lot 27).

Mappemondes et atlas

Tournons-nous à présent vers le monde avec une paire de globes originaux des années 1766, en cuivre de G. Adams dédiés au roi George III mais remontés vers 1800 sur trépieds en acajou, avec des méridiens en laiton et des boussoles magnétiques par son fils Dudley Adams. (lot 693, estimation 9-12.000 euros).

La terre fait encore l’objet de très beaux lots, dont l’un des phares de la vacation : le lot 91, un exemplaire magnifique de la première édition (en latin) du « plus bel atlas jamais publié »  : l’atlas Maior de Blaeu, composé de 11 volumes publiés entre 1662 et 1665. Cet ensemble colossal est à prendre autour des 250-350.000 euros (lot 710) !

On ne quitte pas Blaeu avec le numéro suivant qui est le volume IV du fameux atlas consacré à nos régions mis à l’encan autour de 22-25.000 euros (lot 711).

Avec le lot 713, on reste dans les hautes sphères (35-45.000 euros) avec l’ouvrage de Sébastien de Beaulieu, à propos des glorieuses conquêtes d’un certain Roi-Soleil, en 5 volumes, imprimé à Paris en 1727 et richement illustré.

Le 720 est de nouveau un ouvrage de Blaeu pas piqué des vers puisqu’il s’agit de la première édition en néerlandais de l’atlas des Pays-Bas dont seules 75 copies sont connues, il est composé de deux volumes comprenant de nombreux plans de villes et des textes explicatifs (estimation 30-35.000 euros).

Le 715 est un magnifique ouvrage de l’Imprimerie royale française, dans une reliure aux armes de Louis XV consacré à la glorification du règne de Louis XIV, enrichi de nombreuses gravures d’après les peintures de Van Der Meulen, artiste né à Bruxelles, surtout renommé pour ses scènes de campagnes militaires (lot 715, estimation 35-50.000 euros).

D’autres lots et domaines – la botanique, les livres d’heures, les estampes japonaises, incunables, romans de chevalerie du XVIe  siècle etc.) sont à découvrir sur leur site ou sur place, 19 rue aux Laines dès le 18 mai.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite