Facebook: Zuckerberg accepte de rencontrer des eurodéputés à Bruxelles

Mark Zuckerberg © Reuters
Mark Zuckerberg © Reuters

Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a accepté de se rendre à Bruxelles pour y rencontrer « des représentants du Parlement européen », qui réclamaient sa venue pour s’expliquer sur l’utilisation des données personnelles de ses millions d’utilisateurs, a annoncé mercredi le président du Parlement européen Antonio Tajani.

M. Zuckerberg « sera à Bruxelles dès que possible, j’espère dès la semaine prochaine » pour y rencontrer les présidents des différents groupes au Parlement, a précisé le dirigeant italien. Contacté par l’AFP, Facebook a précisé que cette rencontre serait l’occasion de « dialoguer, écouter leurs points de vue et de montrer les mesures » prises par le géant d’internet « pour mieux protéger la vie privée des gens ».

Lors de sa venue, le chef d’entreprise américain rencontrera les présidents des différents groupes politiques de l’hémicycle, ainsi que le président et le rapporteur de la commission des Libertés civiles (LIBE).

L’image de Facebook a été gravement ternie par l’éclatement mi-mars du scandale retentissant Cambridge Analytica, du nom de cette firme britannique liée à la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016 aux Etats-Unis, qui a mis la main sur les données de dizaines de millions d’utilisateurs de Facebook à leur insu.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  2. La marche nordique fait partie des sports proposés à ceux qui aiment les activités de groupe en extérieur.

    Bientôt des prescriptions de sport à la place des médicaments?

  3. Le député Yves Evrard s’attend à un retour aux urnes. Verdict jeudi
!

    Suspicion de fraude à Neufchâteau: deux élections possibles avant juillet

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite