Accueil Belgique Politique

«Prolonger les F-16 engendrerait des surcoûts et fragiliserait la Belgique»

Faut-il remplacer les F-16 ? Si oui, par quel avion ? L’analyse de Joseph Henrotin, spécialiste des questions stratégiques et militaires.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 6 min

Joseph Henrotin est spécialiste des questions militaires et stratégiques. Il décrypte les grands enjeux liés au remplacement des F-16.

Plutôt que dépenser 15 milliards d’euros pour de nouveaux avions, ne pourrait-on pas prolonger la durée de vie des F-16 ? Un rapport qui a fait grand bruit affirmait que c’était possible. Qu’en pensez-vous ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Reginster Jean-luc , jeudi 17 mai 2018, 17:45

    L'Europe vit en paix depuis 70 ans essentiellement grâce au bouclier mis en place par les Américains à travers le Traité de l'Atlantique Nord . On aime ou on aime pas mais c'est un fait. Et, au moins depuis les Romains, les hommes étant ce qu'ils sont, nous savons que la meilleure garantie d'une paix durable, c'est d'être bien préparé à la guerre. Deux évolutions majeures se déroulent sous nos yeux avec l'Amérique de Trump: les USA nous disent qu'ils en ont assez de payer pour la défense de l'Europe et qu'en tous les cas, tant qu'ils l'assumeront, nous n'aurons pas vraiment droit au chapitre dans la définition d'une politique étrangère conforme à nos choix. La réalité commence à s'imposer dans toutes les chancelleries européennes. La Russie et la Chine disent exactement la même chose. L'UE est un géant économique au niveau mondial et un nabot sur le plan militaire.. La période actuelle semble malheureusement revenir vers des rapports de force que l'Europe avait tendance à ne pas trop regarder, confiante dans le bouclier militaire américain. Et, soyons réalistes, l'expérience nous a suffisamment appris que les meilleurs acquis sociaux s'évanouissaient dans la nature en périodes de conflits militaires. Alors dépêchons-nous de construire une défense européenne digne de ce nom tant qu'il est encore temps.

  • Posté par Bernard Dropsy, jeudi 17 mai 2018, 14:09

    Van Obberghen Paul . "il n'impliquera ni augmentation de taxes ou d'impôts pour les citoyens". Vous me paraissez résolument optimiste mais espérons que les événements vous donneront raison en leurs temps ! Mais pour le moment, tous les intéressés au plus haut niveau, veulent surtout s'en mettre plein les poches !

  • Posté par Bricourt Noela, jeudi 17 mai 2018, 9:35

    Sans doute. Mais les payer entraînera avec certitude des économies sur les soins de santé, les retraites , la Justice, la recherche, etc etc.. et des augmentations des impôts et des taxes . Le pays n'a pas de budget pour le nécessaire; mais pourquoi alors le remplacement prématuré de ces avions est-il devenu une priorité?

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 17 mai 2018, 11:42

    Vous n'avez pas lu l'article, apparement. Ne pas remplacer les F-16 et les prolonger (ils ont déjà été modernisé dans les années 80) aurait des conséquences autant financières que stratégiques non négligeables. Leur remplacement n'est ni prématuré ni précipité, et il n'est pas "devenu" une priorité puisqu'on en parle depuis près de 20 ans. C'est de l'argent que la Belgique doit de toutes manières engager alors qu'elle est déjà en deça de ces engagements vis-à-vis de l'OTAN. A moins que de décider de quitter l'OTAN? Mais qui décidera de cela et combien CELA coûterait alors à la Belgique? Leur remplacement est d'ores et déjà budgétisé, et ils n'impliquera ni augmentation de taxes ou d'impôts pour les citoyens. Il pourrait même représenter des opportunités industrielles (et donc des jobs à haute valeurs économiques) non négligeables. Si on pouvait s'en passer, ça serait mieux effectivement, mais l'article démontre que ça n'est ni possible ni souhaitable.

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs