Décès d’une fillette de 2 ans après une course-poursuite avec des migrants: trois pistes sont examinées

Image d’illustration © Le Soir / Roger Milutin
Image d’illustration © Le Soir / Roger Milutin

Une course-poursuite a débuté sur la E42 depuis Namur, jeudi entre 2 et 3 heures du matin. Une camionnette a été prise en chasse par la police « en raison d’un comportement suspect ». Alors que les policiers tentaient de bloquer le véhicule, à hauteur de Maisières, dans le Hainaut, le chauffeur a poursuivi sa route, fonçant sur les forces de l’ordre qui ont ouvert le feu.

Trente personnes, dont 26 adultes, toutes d’origine kurde, sont ensuite sorties du véhicule, indique le parquet de Tournai. Une fillette âgée de deux ans se trouvait à bord et est décédée dans l’ambulance. Les causes de sa mort ne sont pour l’instant pas claires mais le parquet a la certitude qu’elle n’a pas été causée par un tir.

Née le 14 avril 2016, âgée de deux ans, la victime était vivante lorsque les forces de l’ordre ont intercepté.

« La fillette n’est pas décédée des suites des coups de feu des policiers », a assuré Frédéric Bariseau, premier substitut du parquet de Mons.

3 causes possibles

Le magistrat a évoqué trois causes possibles pour le décès de la fillette : une maladie, un accident lié au comportement du chauffeur de la camionnette --la tête de l’enfant aurait pu par exemple heurter une paroi du véhicule-- ou un coup porté à l’enfant.

«  Une autopsie du corps de l’enfant sera pratiquée ce jeudi soir afin de déterminer les causes de sa mort. Je ne peux confirmer l’information selon laquelle un ou des enfants auraient été montrés à la fenêtre du véhicule durant la course-poursuite. Il n’y a eu aucun blessé par balle. Le Comité P a d’ailleurs très vite clôturé ce dossier en ce qui concerne la responsabilité des policiers », précise M. Bariseau.

L’affaire a été mise à l’instruction pour entrave à la circulation, homicide volontaire, rébellion armée et traite des êtres humains, ajoute le parquet de Tournai.

Toutes les personnes présentes ont été interpellées et placées en détention dans différents commissariats où elles étaient auditionnées jeudi. Des devoirs d’enquête qui devraient prendre du temps, étant donné le nombre de témoins et les besoins de traduction.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Reuters

    Karl Lagerfeld est mort: la petite robe noire est en deuil

  2. 117224424

    «Voyez la vie en rose, mais n’en portez pas!»: les perles de Karl Lagerfeld

  3. Christiane Taubira donnera une conférence inaugurale ce vendredi 22 février à 17h00 à Flagey.

    Christiane Taubira au «Soir»: «Les religions s’entendent sur les interdits frappant le corps des femmes»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 19: et si nos animaux aussi se mettaient au défi?

    Par Louise Tessier

    Sous-produits d’animaux, additifs, sucres… Si notre alimentation est parfois remplie de produits douteux, les croquettes pour chiens et chats achetées dans les grandes surfaces cachent aussi de belles surprises. Selon une étude du vétérinaire belge Gérard Lippert, les chiens qui ne mangent que des aliments industriels vivent en moyenne trois ans de moins que les autres. Ah oui, quand même.

    Si je n’ai actuellement pas d’animaux à la maison, je me suis dis que le sujet valait tout de même le coup d’être abordé pour le million de ménages belges qui, eux, ont une boule de poils. En Belgique, la population estimée de chats est de 2,2 millions, et le nombre de chiens approche les 1,5 million selon les chiffres de 2013 ! Un sacré business pour l’industrie de la pet food.

    Face aux croquettes pleines d’ingrédients mystérieux, une nouvelle mode d’alimentation naturelle appelée BARF a fait surface. Par...

    Lire la suite

  • Charles Michel assume Charles Michel

    Personne ne pourra dire que Charles Michel s’est débiné, qu’il a laissé à d’autres le soin de porter le bilan de ce gouvernement si particulier et si controversé dans le camp francophone.

    Son parti ne devra pas assumer pour lui cette participation totalement minoritaire au fédéral. Ni d’avoir été le compagnon de route fidèle et enthousiaste (encore aujourd’hui) de la N-VA. C’est lui, Charles Michel, Premier ministre et président de parti, qui fera le « job ». L’opposition rêve de le mettre...

    Lire la suite