Kevyn Ista «réprimandé» par l’UCI après un contrôle positif à un diurétique

©News
©News

Le cycliste Kevyn Ista (WB-Aqua Protect Veranclassic) a reçu une «réprimande» de l’Union Cycliste Internationale (UCI) suite à un contrôle positif à un diurétique, le furoméside, lors de l’Etoile de Bessèges (31 janvier-4 février), ont annoncé le coureur et son équipe jeudi. «J’ai pris une préparation magistrale du pharmacien qui était contaminée par un produit, le furosémide, issu d’une préparation antérieure», a raconté Ista, 33 ans, sur Twitter. «J’ai été blanchi de tout, ayant pu apporter les preuve que cette contamination était involontaire. Je n’ai pas été suspendu et je suis prêt à recourir».

«Inscrite au Mouvement Pour un Cyclisme Crédible (MPCC), l’équipe WB-Aqua Protect Veranclassic a pris connaissance, en même temps que son coureur Kevyn Ista, d’un contrôle positif lors de l’Etoile de Bessèges 2018», a précisé l’équipe dans un communiqué. «Conformément à l’éthique de sa structure et aux règles en vigueur au MPCC, l’équipe cycliste a suspendu son coureur à titre provisoire, en attendant le verdict de l’Union cycliste internationale, qui a estimé qu’une réprimande et qu’aucune période d’inéligibilité constituaient la sanction appropriée.» Par conséquent, Ista reprendra la compétition lors de kermesse de Gullegem le 29 mai.

Seuls les résultats obtenus par Ista à l’Etoile de Bessèges, où il s’est classé 28e du général et a terminé 9e de la deuxième étape, lui ont été retirés.

Le furoméside, un diurétique, est cité parmi les produits interdits par l’Agenge Mondiale Antidopage (AMA) car il peut faire office de produit masquant.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Red Lions ont bien fêté ce titre.

    Marc Coudron, président de la fédération belge de hockey: «Réaliser le grand chelem serait merveilleux»

  2. Olivier Maingain (Défi).

    Olivier Maingain au «Soir»: «J’invite les partis francophones à mettre hors-jeu la N-VA»

  3. Daryl Davis collectionne les tuniques et cagoules, données par des repentis  du Klan, avec l’idée d’ouvrir un jour  un musée.

    «Comment pouvez-vous me haïr?»: rencontre avec l’homme qui murmure à l’oreille du KKK

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite