Accueil Économie Consommation

Les comportements des consommateurs donnent des sueurs froides au commerce

En quelques chiffres, Comeos dresse le tableau noir d’un secteur en transition. Les marges des commerçants ne cessent de fondre. En cause notamment, les nouvelles habitudes d’achat des consommateurs. S’y adapter – et vite – est vital pour un secteur qui emploie un demi-million de personnes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

En ce printemps ensoleillé, c’est l’orage sur l’emploi et sur les conditions de travail dans la grande distribution alimentaire – actuellement chez Carrefour et Mestdagh, jusqu’au début de ce mois chez Lidl. Mais, en réalité, l’ensemble du commerce organisé fait grise mine et semble promis à des lendemains difficiles, lui qui emploie plus d’un demi-million de Belges. C’est, en tout cas, ce qui ressort d’un tableau dressé par Comeos, sur base de chiffres émanant de plusieurs sources solides (du SPF Economie à GfK en passant par Eurostat), et dont Le Soir a pu prendre connaissance en exclusivité.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Michel Raurif, mercredi 23 mai 2018, 16:57

    Pourrez-vous m'expliquer pourquoi au Delhaize Charles Woeste et dans d'autre grands magasins, ils manquent tant d’articles ? Depuis vendredi 18/05/, les mouchoirs Tempo sont en réclame. Dans ce magasin, il n' y a AUCUN paquet de mouchoir de cette marque.!!!! Cet constamment qu'ils manquent des articles et lorsque l'on pose la question à la responsable, c'est toujours le camion, l'oubli, le manque de personnel en résumé c'est la faute à tout le monde sauf, bien sûr, a Delhaize !!!! Mais, cela va s'arranger ! Virer 1.800 personnes, cela laissent des traces ! A propos, ou se trouve le commentaire de monsieur D Michel ?

  • Posté par Petitjean Charles, vendredi 18 mai 2018, 19:38

    Tout ça me fait rigoler ! A force de se concurrencer, d'aguicher coûte que coûte le client potentiel par des prix bradés, des promotions aguichantes, des nouveautés technologiques dont l'utilité n'est pas toujours démontrée et de s'inscrire ainsi dans la logique capitaliste qui veut que le gros mange le petit avec l'espoir que les dividendes suivent l'enflure, les commerçants sont vouées à une guerre impitoyable et soumis aux modes, aux stratégies que leurs concurrents leur imposent. Avec des vainqueurs et des vaincus, c'est impitoyable ! Je suppose que dans Le Soir de demain je trouverai un reportage ou une réflexion, liés à la Une de ce jour, sur la consommation, la sauvegarde des ressources naturelles, la pollution, la COP 21 de Paris, les discours politiques de Michel et Cie. On peut rêver.

  • Posté par Van Wemmel Thierry, vendredi 18 mai 2018, 12:46

    C'est il y a 10 ans qu'il fallait investir dans la vente en ligne. Tant les français que les hollandais l'ont fait et maintenant leur infrastructure est payée, performante et rentable. Evidemment quand on s'y met 10 ans après tout le monde, la seule variable d'ajustement, ce sont les salaires et les conditions de travail qu'il faut réduire au maximum pour pouvoir réaliser des investissements massifs juste pour combler son retard !

  • Posté par Schreck - Tinant Nathalie, vendredi 18 mai 2018, 8:02

    Beau résumé de D. Michel. La dernière ligne est très lourde de sens.

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs