Accueil Belgique Politique

Charles Michel au «Soir»: «Je vais m’attaquer aux milliers d’emplois vacants»

Le Premier ministre réaffirme la « niaque » de son équipe, appelle Bart De Wever à l’entretenir, et ouvre un nouveau chantier : la lutte contre les pénuries d’emplois.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Drôle de période pour le gouvernement fédéral. Une manifestation de grande ampleur contre la réforme des pensions mercredi. Et des critiques de la politique fédérale en provenance du président du plus grand parti de la coalition. On fait le point.

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a dit que le gouvernement n’avait plus de « dash ». Qu’en dit le Premier ministre ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Serge Lambotte, jeudi 14 juin 2018, 18:12

    JOBS JOBS JOBS Qu'il avait dit Charlot........................

  • Posté par Laurent Elens, dimanche 20 mai 2018, 4:38

    Certaines idées ont le vent en poupe.. https://www.youtube.com/watch?v=hVINOiaUwec

  • Posté par Jean-pierre Guissard, samedi 19 mai 2018, 14:49

    Du blabla mais ´quid des actes. Regardez l'inflation et la hausse des prix en plus de la perte de compétivité

  • Posté par Présiaux Françoise, samedi 19 mai 2018, 13:54

    Notre petit premier ministre a ce dédain fastueux qui, chez un particulier, marque ordinairement peu de lumière d’esprit. Nous sommes inquiets de voir à quel niveau est mise la politique" par notre Charles premier, l’essentiel monsieur Michel n'est pas dans les querelles, car, si les hommes politiques "se déchirent", ils n'apportent aucune réponse à la réalité de notre société. Et nous ne sommes même pas étonné de "ne voir nulle part quelqu'un parler des seuls intérêts collectifs du peuple » moi, moi,moi venant après les jobs, jobs jobs.... pour rappel monsieur Michel voici la définition du dictionnaire d’un job : « Travail rémunéré, qu'on ne considère ni comme un métier, ni comme une situation ».CQFD

  • Posté par Bernard Dropsy, samedi 19 mai 2018, 13:04

    Il faut bien qu'il trouve quelque chose à dire ! Malheureusement, ce n'est pas le cas et en plus de mentir, il s'y prend vraiment comme un manche ! "je vais m'attaquer aux emplois vacants", implicitement, il reconnaît donc que jusque-là, il n'a rien fait de tout ça puisque c'est ce qu'il beuglait déjà au début de son imposture ? Et les vrais emplois, on les attend toujours ! Et la seule "niaque" de cette équipe de bras cassés, c'est de s'ingénier à piquer l'argent du peuple pour donner à leurs copains déjà trop nantis ! Et De Wever qui vient lui dire qu'il n'a plus de "dash", les voilà bien embêtés, il ne sauraient plus laver plus blanc que blanc ou alors, le führer veut-il leur dire par là qu'il ne soutiendra plus toutes leurs conneries ? Et quand le Bart dit quelque chose, le charlot fait ses valises et va dans un pays ou l'autre, en visite pour "affaires" ! En gros, il ne saurait rien défendre de son "bilan", puisqu'il n' y a rien ! Là aussi, c'est : circulez, y a rien à voir !

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs