Accueil

Alice Rohrwacher pour «Lazzaro felice»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Pour et contre. La réalisatrice italienne a déjà gagné le Grand Prix à Cannes en 2014 avec Les merveilles. Elle revient en compétition avec une proposition cinématographique ambitieuse : raconter les écarts du monde en mêlant réalité et surnaturel, religieux et écologie. Et elle assume.

Son film est une fable hallucinante qui suit une famille de paysans délivrés d’un esclavage d’un autre temps pour se retrouver pauvres hères à squatter un terrain vague urbain et vivre de débrouilles. Elle passe de l’harmonie aux désaccords de notre civilisation pour évoquer le manque de bonté. Avec une volonté assumée de rendre hommage au cinéma italien, celui de Pasolini, Bertolucci, Olmi, les frères Taviani.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs