Accueil Opinions Éditos

Le laboratoire populiste italien

Le premier gouvernement totalement populiste dans un pays fondateur de l’Union et de la zone euro est susceptible de provoquer une instabilité majeure en Europe.

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef Temps de lecture: 3 min

Les nouveaux barbares. Ce sont les mots sans nuance du Financial Times pour qualifier les dirigeants de la Ligue et du Mouvement Cinq Étoiles, qui viennent de boucler un accord de gouvernement pour le moins « disruptif » en Italie. « Mieux vaut être barbare que larbin », a répliqué dans son style tout aussi caricatural Matteo Salvini, le leader de la Ligue.

Ce ping-pong médiatico-politique résume assez bien ce qui se joue dans la Péninsule pour l’instant. Car ne nous y trompons pas, le gouvernement qui pourrait – en Italie, il faut toujours être prudent puisque les rebondissements sont légion – voir le jour la semaine prochaine est susceptible de provoquer une instabilité majeure en Europe.

Parce qu’il s’agit du premier gouvernement totalement populiste dans un pays fondateur de l’Union et de la zone euro.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Burniat Walter, lundi 21 mai 2018, 12:54

    Qu'on est loin et que l'on regrette les années 1970 et la genèse d"Il compromesso storico" scellant l'alliance concoctée d'une part entre Enrico Berlinguer, Secrétaire du Parti Communiste Italien et Aldo Moro Président de la Démocratie Chrétienne. En vue d'une action commune pour les élections régionales de 1975 et nationales de 1976. Processus présenté, je cite: " come una grande strategia in cui communisti e cattolici avrebbero potuto trovare un commune codice morale per el salvezza politica e sociale dell'Italia". Réconciliation historique de...Peppone et Don Camillo. A l'époque fructueuse. Mais les héros sont morts trop tôt. Aldo Moro assassiné par les Brigades Rouges...

  • Posté par albert vynckier, lundi 21 mai 2018, 12:46

    en politique, la majorité des gens vote de la gauche à la droite, et une minorité pour les extrêmes, cela ne veut pas dire que l'élite qui est une minorité vote aux extrêmes.

  • Posté par Bachelart Bernard, samedi 19 mai 2018, 14:33

    «cette idée qui gagne du terrain que l’Europe est un problème et pas une solution» Il est rigoureusement exact que l'Europe apporte plus de problèmes que de solutions à l'Italie et à d'autres pays membres. Il est bien facile de pourfendre les "populistes" mais il est bien plus difficile de trouver des remèdes aux catastrophes causées par l'acte unique européen et par la monnaie unique.

  • Posté par Thomas Nagant, lundi 21 mai 2018, 22:55

    Vous m'expliquez en quoi l'acte unique a causé des catastrophes ?

  • Posté par Eric Lavenne, samedi 19 mai 2018, 10:31

    Un article " chasse" l'autre ; mais toujours aucun détail concret , relatif au "dit" programme commun. En outre , le "bébé" a mis 9 années(et non 9 mois) pour arriver au monde; étiez vous aveugles ?Insensibles ? pour en arriver à la conclusion navrante et ahurissante .."L'Europe entière retient son souffle..." Un déni de 9 années sera long à "soigner" ainsi qu'à panser ..!! ET les mièvreries et menaces coutumières seront-elles efficaces ?? Pour en revenir au point de départ: Mais quel est donc le CONTENU réel, de ce programme commun ??Et existe t il , matière à le "négocier" du moins en PARTIE?

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs