Festival de Cannes: le film «Girl» du Belge Lukas Dhont remporte la Caméra d’Or

© AFP
© AFP

Le film «Girl» du Belge Lukas Dhont a remporté samedi soir la Caméra d’Or lors de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes, 27 ans après la victoire de « Toto le héros ». Ce prix récompense le meilleur premier film toutes sections confondues. Le jury a décidé de remettre le prix à un film «alliant délicatesse et puissance».

«Je tiens à remercier ceux qui m’ont entouré. (...). Je dédie ce film à deux personnes exceptionnelles. Celle sans qui le film n’existerait pas (dont l’histoire a inspiré le long métrage, ndlr).Et celui qui, à 16 ans, a tenu ce rôle sans se soucier du qu’en dira-t-on», a indiqué Lukas Dhont, monté sur scène accompagné de Victor Polster pour recevoir le trophée.

Avec ce prix, «Girl», ovationné durant près de 15 minutes lors de sa présentation en première mondiale la semaine dernière, enregistre sa quatrième récompense. Victor Polster avait en effet déjà remporté vendredi le prix d’interprétation dans la section «Un Certain Regard» du Festival de Cannes.

Le long métrage, qui raconte l’histoire vraie d’une adolescente née garçon qui rêve de devenir ballerine, a par ailleurs été couronné de la «Queer Palm», un prix indépendant qui récompense un film des sélections cannoises pour son traitement des thématiques altersexuelles (homosexuelles, bisexuelles, transgenres). Samedi après-midi, il s’était en outre vu décerner le prix Fipresci des critiques de cinéma internationaux dans la section «Un Certain Regard».

Sur le même sujet
CannesCinéma
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour François Desquesnes (CDH), le travail n’est pas fini dans le groupe Nethys. © Belga.

    Wallonie: le CDH veut que Nethys fasse d’urgence le nettoyage des filiales

  2. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  3. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite