Accueil Société

Les gens du voyage en mal d'accueil organisé

Depuis 30 ans, les gens du voyage demandent à pouvoir disposer de terrains d'accueil pour faire étape. Charleroi a lancé une expérience pilote qui va se renouveler dans quelques jours.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le soleil est éclatant en cette fin d’après-midi. Les familles ont sorti les chaises longues et les tables d’extérieur au milieu de la trentaine de caravanes installées sur un terrain de Ramillies dans le Brabant wallon. Il y a même une piscine de jardin pour les enfants qui jouent, pour l’heure, au ballon. Mais détrompez-vous, nous ne sommes pas dans le décor de « camping Paradis » mais bien dans un campement nomade. « La Wallonie manque cruellement de lieux de passage comme celui-ci, témoigne Manuel Charpentier, président du comité national des gens du voyage. Depuis trente ans que nous le demandons, beaucoup de promesses politiques nous sont faites mais on ne voit rien venir. Je ne vous le cache pas : nous sommes à bout de patience ! Nous envisageons l’organisation d’une manifestation. » Pour dénoncer ce qui ressemble au mieux à de l’indifférence…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par José Remacle, mardi 22 mai 2018, 7:25

    Où vont-ils? Où veulent-ils aller? De quoi vivent-ils? (il faut de l'argent pour payer l'essence) Au fait, s'acquittent-ils de la taxe de roulage?

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs