Italie: Giuseppe Conte proposé pour diriger le gouvernement populiste

Le Mouvement 5 étoiles (antisystème) et la Ligue (extrême droite) ont proposé lundi au président italien le nom de Giuseppe Conte, un élégant juriste de 54 ans, inconnu du grand public, pour diriger le premier gouvernement populiste d’un pays fondateur du projet européen.

Les chefs de file des deux formations, Luigi Di Maio (M5S) et Matteo Salvini (Ligue) ont été reçus l’un après l’autre en fin d’après-midi au Quirinal, le siège de la présidence, pour rendre compte de l’avancée de leurs tractations.

Le président Sergio Mattarella a convoqué les présidents des deux chambres pour de nouvelles consultations mardi à 11h.

Devant la presse à la sortie du bureau, l’un comme l’autre sont restés discrets sur le nom, se contentant surtout d’exprimer leur satisfaction de voir leurs idées avancer à travers le programme commun résolument anti-austérité révélé vendredi et validé depuis par plus de 90 % de leurs militants.

Mais alors que M. Salvini était encore dans le bureau de M. Mattarella, M. Di Maio a publié un long texte sur le blog du M5S : «  Nous avons indiqué le nom de Giuseppe Conte au président de la République. Un nom qui peut faire avancer le contrat de gouvernement ». M. Salvini a ensuite confirmé ce choix dans une vidéo sur Facebook.

Toujours resté loin de la politique

Agé de 54 ans, M. Conte est un juriste universitaire, spécialiste de droit civil et administratif. Cet ancien homme de gauche, toujours resté jusqu’à présent loin de la politique, avait été présenté avant les élections du 4 mars par le M5S comme possible ministre chargé de « débureaucratiser » la fonction publique.

«  Il sera un chef de gouvernement politique », a promis M. Di Maio. «  Et à ceux qui disent qu’il n’a pas été élu, je réponds que Giuseppe Conte était dans mon équipe, 11 millions d’Italiens ont voté pour lui ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite