Violences à Gaza: les Palestiniens demandent à la Cour pénale internationale d’enquêter sur Israël

Une manifestation à New York en soutient aux Palestiniens ©AFP
Une manifestation à New York en soutient aux Palestiniens ©AFP

Les Palestiniens ont appelé mardi la Cour pénale internationale (CPI) à ouvrir une enquête concernant la politique de colonisation israélienne ainsi que le meurtre de Palestiniens durant des manifestations.

Les Palestiniens ont demandé à de nombreuses reprises à la CPI de poursuivre Israël, mais la demande de saisine déposée mardi par le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Maliki mardi va plus loin. Riyad al-Maliki réclame que la Cour pénale internationale «accélère l’ouverture d’une enquête criminelle pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par Israël», selon l’agence de presse Wafa.

Issue incertaine

L’issue de cette procédure reste incertaine, puisque la CPI, dirigée par le procureur Fatou Bensouda, mène déjà une enquête préliminaire sur des crimes israéliens durant la guerre de 2014 et la colonisation israélienne en Cirsjordanie et à Jérusalem-Est.

Le ministre israélien des Affaires étrangères a quant à lui qualifié la démarche palestinienne de «cynique» et «sans valeur légale, car Israël n’est pas membre de la CPI et l’Autorité palestinienne n’est pas un Etat», a-t-il déclaré dans un communiqué.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS FEDERAL GOVERNMENT MICHEL TO KING

    Après un mois de crise, le Roi reprend la main

  2. «
Si nous le voulons, nous pouvons constituer une coalition de bonne volonté, avec un parlement actif, engagé, et un gouvernement qui doit assumer ses responsabilités
», a dit Charles Michel. on connaît la suite.

    La courbe fatale de Charles Michel

  3. B9715288930Z.1_20180404203914_000+GF5B1CV05.1-0

    Crise gouvernementale: et quand va-t-on voter ?

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: quel désastre pour la politique

    Après trois semaines en absurdie, le Premier ministre a remis hier soir son sort et celui de son gouvernement entre les mains du Roi. Plus rien sur le pouvoir d’achat, plus rien sur le climat et un budget en douzièmes provisoires : la Belgique se retrouve dans une situation irresponsable.

    Le monde politique, après avoir fortement déstabilisé l’opinion publique par des jeux ubuesques, donnait toujours hier soir des signaux très inquiétants. Il continuait à être obsédé par un objectif :...

    Lire la suite