Accueil Société

Le policier qui a tué la petite Mawda identifié, les zones d’ombre persistent

Un seul coup de feu, tiré par un policier, a été fatal à Mawda, 2 ans. La police des polices est chargée d’enquêter sur les circonstances du drame.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Un seul coup de feu dont l’auteur – un policier des autoroutes de Mons – a été identifié. Près d’une semaine après la mort de la petite Mawda, 2 ans, tuée par balle jeudi alors qu’elle était à bord d’une camionnette remplie de migrants en quête d’un passage en Grande-Bretagne, l’enquête progresse. Ou plutôt : les enquêtes progressent, puisque le juge d’instruction chargé de l’affaire a confié les devoirs au comité P, la police des polices. C’est l’usage après des tirs policiers. Le déroulement du drame recèle quantité de zones d’ombre. A commencer par les raisons qui ont poussé un policier à ouvrir le feu. Et pourquoi sa balle a atteint la petite à la tête.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par ANDRE LEBRUN, mercredi 23 mai 2018, 9:53

    Si le chauffeur de la camionnette avait obtempéré à l'injonction de la police, la fillette serait toujours en vie

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 23 mai 2018, 9:24

    La police fédérale de la route poursuivait en fait une camionnette dont le conducteur, sur une très longue distance de 60kms a mis gravement en danger la circulation à de nombreuses reprises tout le long de ce trajet. Le reste dépend d'une enquête qui prendra plusieurs mois. Pourquoi imaginer que le Parquet de Tournai a menti dans sa première déclaration ?. Le Premier substitut a déclaré ce qu'il savait à ce moment et c'est tout.

  • Posté par Michel Raurif, mercredi 23 mai 2018, 8:33

    Au policier qui est impliqué dans ce drame. Monsieur, vous avez fait votre travail. Au cours de ce travail, une enfant est morte. Cela est horrible, peut être avez-vous aussi des enfants ? Je ne vous jette pas la pierre, car je comprends . Mais, je ne peux admettre que l'on vous condamne avant d'avoir toutes les informations sur ce drame. Dans ce journal, il y a même une personne qui ose parler de et je cite " scène de crime " Ce n'est pas un crime mais un malheureux accident ayant entraîne la mort .Vous avez, Monsieur, tout mon respect et ma sympathie devant votre travail qui est loin d'être facile, la preuve .

  • Posté par Gabriel Jacqueline, mercredi 23 mai 2018, 19:34

    Je suis d'accord avec vous. J'espère que le policier bénéficiera d'une aide psychologique immédiate car ce jugement se fera attendre. D'autre part, la famille doit bénéficier de toute l'aide possible pour honorer leur fille selon leurs traditions et ne doit pas subir les aléas de la justice.

  • Posté par Wathelet Michel, mercredi 23 mai 2018, 7:34

    Apparemment on n'apprend pas aux policiers comment arrêter une voiture en mouvement. Non plus sur les conséquences possible d'un tir à l'intérieur d'une voiture en mouvement. C'est assez douteux comme formation à ce niveau d'intervention.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs