Accueil Société

La police pourra user dès vendredi de caméras corporelles et embarquées

Jusqu’aujourd’hui, l’usage de pareilles caméras ne pouvait intervenir que dans des cas bien spécifiques et après des approbations complexes.

Temps de lecture: 2 min

Dès ce vendredi, la police pourra utiliser des caméras corporelles (« bodycams ») ainsi que des caméras embarquées dans les véhicules (« dashcams ») pour filmer leurs patrouilles et interventions.

Une condition a toutefois été fixée : ces caméras corporelles devront être bien visibles et les agents devront avertir lorsqu’ils les mettent en marche, précise une nouvelle loi qui entre vigueur ce vendredi.

Jusqu’aujourd’hui, l’usage de pareilles caméras ne pouvait intervenir que dans des cas bien spécifiques et après des approbations complexes.

La prise d’images non annoncée sera autorisée, mais seulement pour des enquêtes portant sur des faits de radicalisme ou de grand banditisme.

Le cas Mawda

Mercredi, le syndicat policier Sypol.be plaidait pour l’installation rapide de dashcams dans les voitures de police après la mort de Mawda à l’issue d’une course-poursuite, la semaine dernière, entre une camionnette remplie de migrants et des véhicules de la police de la route.

Selon le syndicat, la présence de pareilles caméras aurait permis d’avoir une idée plus précise des circonstances du coup de feu qui a coûté la vie à la fillette kurde de deux ans.

La nouvelle législation sur ces caméras ouvre aussi la voie à l’usage de caméras intelligentes (dites ANPR), lesquelles peuvent répertorier les numéros de plaques minéralogiques et les communiquer à un ordinateur central.

Habitat

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko