Accueil Société Régions Hainaut

La révolution du short a eu lieu au collège d’Enghien (vidéos)

Les garçons de secondaire de Saint-Augustin ont organisé une marche pour dénoncer le règlement d’ordre intérieur. Ils étaient plus de 150 en short et bermuda. Reportage.

Vidéo - Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Ils se sont tous donné rendez-vous ce jeudi matin entre 7 h 50 et 8 heures sur le parking de la station-essence Dats, à quelques centaines de mètres de leur école. Puis en cortège, environ 150 garçons ont pris la direction du collège Saint-Augustin d’Enghien. Une véritable manifestation. Chants compris. Tous, de la première à la rhéto, étaient en short pour protester contre l’interdiction qui leur est faite par l’établissement de porter ce vêtement, même en cas de fortes chaleurs. Leur point de ralliement étant situé près d’un commissariat de police, un agent des forces de l’ordre les a même escortés jusqu’au collège.

« Les garçons lésés par rapport aux filles »

« Le collège interdit le port du short car ils veulent une certaine tenue de notre part, commentait Nicolas, le matin. Il estime que porter un short c’est être mal habillé. Mon but en venant en short, n’est pas de faire des manifestations mais seulement de montrer à la direction de la manière la plus pacifique possible que porter un short est totalement normal. J’estime juste que dans certaines circonstances, comme les examens, quand il fait chaud on devrait avoir le droit de porter un short. Le règlement du collège reste volontairement vague sur ce point. La plus grande injustice est que les filles ont le droit de venir habillées plus légèrement et ceci en toute légalité. Les jupes et autres robes sont, elles, autorisées. »

« Les garçons s’estiment lésés par rapport aux filles qui ont le droit de porter des jupes, commente Olivier, un parent. Le règlement d’ordre intérieur doit être le même depuis 50 ans. Ils agissent maintenant parce que personne n’a jamais osé avant. La direction les a menacés de sanctions. J’ai prévenu mes fils que s’ils recevaient une retenue, c’est moi qui irai la faire à leur place. D’ailleurs, certains professeurs les soutiennent dans leur démarche. Lors d’un cours, un prof a constaté que deux garçons étaient en pantalon. Il leur a dit que toutes les révolutions ont commencé par le peuple pour les inviter à, eux aussi, se joindre au mouvement. »

Le bermuda mi-long autorisé

En son article 31, le règlement d’ordre intérieur du collège Saint-Augustin est effectivement assez flou sur le sujet. Il ne parle nulle part de short. « À l’école, une tenue vestimentaire simple, propre, décente est de rigueur. Aucun habillement, tenue ou coiffure saugrenus ou débraillés, ni tenues provocantes ne sont admis comme, par exemple, le piercing, des boucles d’oreilles pour les garçons, des jeans effrangés ou troués, un maquillage excessif pour les filles, une coupe de cheveux excentrique, etc. Le port de couvre-chef dans l’enceinte de l’école est interdit sauf circonstance exceptionnelle. Tout cas litigieux est soumis à l'appréciation de la Direction qui décidera sans appel. »

Vers midi, Benoît Pletinckx, le principal de Saint-Augustin réunissait les délégués de classe. Et la décision tombait. Le bermuda en toile mi-long et de couleur unie était finalement autorisé. « Le règlement est clair pour tout le monde et il faut se concentrer sur l’échéance prochaine que constituent les examens. La demande des garçons fait débat mais rien ne s’oppose au port du bermuda mi-long et de couleur unie. L’habit ne fait pas le moine mais il peut faire le clown. Et un clown peut être sympathique ou pas. Nous ne sommes pas au Club Med. »

Sur le coup de 15 heures, à la sortie des cours, les garçons savouraient ce qu’ils considèrent comme une victoire. « Ca va changer beaucoup de choses, commente Nathan, élève de 3e. Ce sera plus confortable pour assister au cours quand il fera chaud. C’était une injustice. Nous étions prêts à boycotter les cours si la Direction refusait de nous écouter. Il n’y a pas d’âge pour faire la révolution. Je crois que la Direction a cédé car nous avons contacté les médias et qu’elle craignait pour sa réputation. »

Lui aussi élève en 3e, Antonin ne cache pas son contentement. « Je suis malade quand il fait trop chaud donc c’est important pour moi. Je suis d’ailleurs dans le groupe des rebelles depuis le début et mes parents me soutiennent à fond. Je ne pensais, par contre, pas que la Direction allait céder si facilement. »

« C’est un combat ancien mais jamais la Direction n’a voulu écouter les élèves avant, commente Antonin, élève de 5e. Ils nous opposaient l’argument selon lequel plus tard, on ne pourra pas aller travailler en short. Mais nous sommes jeunes. On doit pouvoir profiter de cette jeunesse. C’était inégalitaire par rapport aux filles. »

A la sortie des cours, un ancien élève, la soixantaine, s’amuse. « Ce règlement est totalement rétrograde car à mon époque, on pouvait venir aux cours à Saint-Augustin en short... »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Kavanagh Gabrielle, vendredi 25 mai 2018, 8:09

    Egalité, la jupe pour tout le monde!

  • Posté par LIENARD NORBERT, jeudi 24 mai 2018, 20:51

    voile oui, bermuda non, cherchez l erreur

  • Posté par Constant Depièreux, jeudi 24 mai 2018, 17:49

    Fin des années 60 à l'Athenée Royal de Verviers, les "autorités" faisaient une chasse impitoyable aux cheveux longs, aux pantalons "pattes d'éléphant"; le jeans était motif de renvoi, les baskets itou. Dans les années 1990-2000, habitant à l'époque Enghien, mes enfants y fréquentaient le collège et les mouvements de jeunesse catholiques et - dans ces derniers - le short était souhaité, même à la messe, mais pas imposé. Ces mouvements liés à la mode sont insignifiants même s'ils ont un impact économique certain, mais dénotent une radicalisation absurde de certains esprits et surtout, ce qui est encore plus dommageable, des mouvements de protection de certaines castes sociales...

  • Posté par Constant Depièreux, jeudi 24 mai 2018, 18:09

    Le décision pour le bermuda est bien dans l'esprit : aucune décision tranchée dans un sens ou dans un autre, mais l'hypocrisie habituelle de ce type d'institution ...

  • Posté par Cherdon David, jeudi 24 mai 2018, 15:13

    Pour moi , aucune discussion , un short uni assorti d'un polo ou chemise ne devrait pas choqué la bienséance catholique. réglement d'arrière garde qui n'a plus sa place en 2018.bravo à ces jeunes qui donnent une leçon de démocratie

Plus de commentaires

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo