Accueil Monde Europe

Crash MH17: le missile qui abattu l’avion au-dessus de l’Ukraine provenait d’une unité militaire russe

Le 17 juillet 2014, le crash du Boeing de la Malaysia Airlines a fait 298 victimes.

Temps de lecture: 2 min

Le missile qui a abattu le vol MH17 au-dessus de l’Ukraine en 2014 provenait d’une unité militaire russe, ont indiqué jeudi les enquêteurs internationaux.

Les enquêteurs « ont conclu que le missile Bouk-Telar qui a abattu MH17 provenait de la 53e brigade anti-aérienne basée à Koursk, en Russie », a annoncé l’enquêteur néerlandais Wilbert Paulissen. « La 53e brigade fait partie des forces armées russes », a-t-il ajouté au cours d’une conférence de presse aux Pays-Bas.

Il a ajouté que le collectif d’enquête Bellingcat était déjà arrivé aux mêmes conclusions auparavant.

L’Australie, la Belgique, la Malaisie, les Pays-Bas et l’Ukraine collaborent au sein de cette équipe. L’objectif de cette dernière est de découvrir comment la catastrophe a pu avoir lieu et faire comparaître les coupables devant la justice.

Le 17 juillet 2014, un Boeing 777 de la Malaysia Airlines assurant la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur est abattu près de Donetsk dans l’est de l’Ukraine. Le crash fait 298 victimes, dont 193 Néerlandais, dans cette région déchirée par un conflit armé et contrôlée par des séparatistes pro-russes. Depuis, les autorités de Kiev et les rebelles s’accusent mutuellement d’être à l’origine du tir.

Reynders appelle la communauté internationale à soutenir l’enquête

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a appelé jeudi la communauté internationale à continuer à soutenir l’enquête menée sur le crash du vol MH17 de la compagnie Malaysia Airlines abattu en 2014 au-dessus de l’Ukraine.

« J’appelle tous les pays à collaborer à cette enquête sur base de la résolution 2166 (de 2014) du Conseil de sécurité des Nations unies afin que les responsables puissent être poursuivis », a-t-il affirmé dans un communiqué publié dans la foulée de la publication des nouveaux éléments de l’enquête, dirigée par les Pays-Bas.

M. Reynders dit avoir « la confiance la plus complète en la qualité et en l’indépendance de cette enquête pénale » – dont les résultats sont régulièrement contestés par Moscou –, ajoute le texte.

« La Belgique poursuivra ses efforts pour faire la lumière sur tous les faits, afin que la justice puisse être rendue de manière indépendante, honnête et transparente pour les victimes et leurs familles », conclut le chef de la diplomatie belge.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

31 Commentaires

Aussi en Europe

Bosnie-Herzégovine: la validité du scrutin en question

Les résultats du scrutin du 2 octobre semblaient historiques. Avant que deux décrets modifient le même jour le système électoral dopant la représentation des nationalistes croates. Et que des soupçons d’irrégularités planent sur ces élections.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une