Accueil Belgique Politique

Pensions: «Il n’y a pas de liste» de métiers pénibles, selon Alexander De Croo

Le vice-premier ministre Open VLD estime que cette question « doit être tranchée par le politique, pas par les syndicats ».

Temps de lecture: 2 min

C’est le gouvernement qui prend les décisions dans le dossier des fonctions pénibles, pas les syndicats, a affirmé vendredi matin le vice-premier ministre Open VLD Alexander De Croo à son arrivée au conseil des ministres. «  A mes yeux, il n’y a pas de liste. »

Les syndicats chrétien et libéral ont conclu mercredi un accord avec le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine sur les groupes professionnels du secteur public qui pourront être considérés comme fonctions pénibles. Les travailleurs concernés pourront soit partir plus tôt à la retraite, soit valoriser leur pension. Une liste a été établie. Pour les syndicats, elle est à prendre ou à laisser.

De Croo enfonce le clou

Deux partis de la majorité, N-VA et Open VLD, ont rapidement critiqué le consensus atteint au sein du comité A de la fonction publique, disant ne pas s’estimer liés. Tous deux ont affirmé qu’une liste était prématurée et qu’elle ne pourrait s’établir sans une vision plus claire de la situation dans le secteur privé. Alexander De Croo a enfoncé le clou vendredi matin, affirmant qu’à ses yeux, «  il n’y a pas de liste » et qu’en tout cas, «  elle n’a pas été discutée au sein du comité A ». «  Ces discussions doivent être menées pour tout le monde, c’est une question d’importance pour la société, et ce genre de questions doit être tranchée par le politique, pas par les syndicats. »

Plus optimiste, le vice-premier ministre MR Didier Reynders a lui souligné que le consensus atteint mercredi relevait «  d’une vraie concertation sociale ». «  C’est une étape, il faut continuer le travail, vérifier que tout ce qui est sur la table respecte le cadre budgétaire », a-t-il estimé.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Camal André, vendredi 25 mai 2018, 19:18

    Parler de pénibilité sans jamais y avoir été confronté, c'est de l'idiotie à l'état pur.

  • Posté par Mazy - Dupas Serge, vendredi 25 mai 2018, 17:11

    C'est le gouvernement NVA - VLD !!!

  • Posté par Voet Ch., vendredi 25 mai 2018, 13:57

    cela fait des mois et des mois que ce gouvernement de M........ nous lanterne sur les pensions, métiers pénibles etc... mais eux, n'ont pas mal au dos, à la tête ou un burn-out impossible avec leur travail si nous pouvons appeler cela un travail, leurs langues elle ! s'use avec les tas de mensonges et autres va et retour sur ce qu'est la réalité des travailleurs, dommage que les syndicats ne sont pas unis, depuis des années, la FGTB dit la vérité mais deux autres syndicats elles ont cru à la bonne foi des politiques, quelle honte pour eux envers leurs affiliés cela leur profite et peuvent nous tordre jusqu' à la mort vive le révolution c'est la seule issue pour le monde du travail, nous sommes à la sortie de la guerre de 1940 ou les mouvements ouvriers ont payés par des morts pour ce que nous sommes en train de détruire par notre soi-disant bien être mais, que nous payons à quel prix ? ? ? voyez ce que vous pouvez encore acheter avec €.100.- !

  • Posté par Parmentier Luc, vendredi 25 mai 2018, 13:14

    Quel cirque ...! Quel beau scénario et/ou pièce de théâtre arrangé depuis longtemps entre D.Bacquelaine et les autres ministres ! Il faudra bien sûr s'attendre que les métiers "niveau 1" soient sortis de la "liste" et que les catégories restantes soient épluchées à la loupe : exemple les militaires de terrain "4" mais les militaires plus techniques ou administratifs "4" aussi ???

  • Posté par Pierre Vincke, vendredi 25 mai 2018, 10:52

    Il n'y a sans doute pas beaucoup d'enseignant qui votent VLD...et encore moins NVA. Le métier d'enseignant est devenu pénible parce que l'éducation s'est ajoutée à l'enseignement du savoir et que l'autorité n'est plus automatique mais relève d'une réelle sagesse et d'une réelle compétence qu'autrefois, le bâton du maître suffisait à imposer. Le mépris des libéraux pour l'éducation est inversement proportionnel à leur enthousiasme pour le savoir et à une société élitiste qui d'ailleurs à l'extrême se passerait même d'un enseignement public...Dès lors pourquoi aider les enseignants et leur accorder un statut particulier....même si, sur d'autres points, leur statut pourrait être discuté.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une