Cinq personnes se sont échappées du centre fermé pour migrants de Steenockerzeel (vidéo)

Cinq personnes se sont échappées du centre fermé pour migrants de Steenockerzeel (vidéo)

Cinq personnes se sont échappées dans la nuit de vendredi à samedi du centre fermé pour illégaux De Caricole à Steenockerzeel, annonce le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) sur Twitter.

Un problème électrique, qui fait suite aux inondations et coulées de boue qui ont fortement touché une partie de la commune brabançonne en début de soirée jeudi, est à l’origine de cette évasion, explique le bourgmestre local Kurt Ryon.

Des travaux en cours

Une panne électrique s’est produite après les intempéries, confirme Katrien Jansseune, la porte-parole de Theo Francken. «  La direction a immédiatement contacté l’entreprise compétente, qui a effectué les travaux de réparation nécessaires jeudi et vendredi. Tout semblait à nouveau en ordre mais on a effectivement dû constater que ce n’était pas tout à fait le cas… »

C’est lors du redémarrage du réseau électrique que le problème est survenu et qu’un certain nombre de sécurités ont sauté, a renchéri Johan Vanderborght, porte-parole de la Régie des Bâtiments. De nouveaux travaux sur le réseau électrique sont en cours et devraient être terminés d’ici à lundi. Entre-temps, des mesures ont été prises afin de garantir la sécurité dans le centre, où la situation est « très calme ».

« La nuit dernière, vers 3h30, les cinq fuyards ont profité de la distribution des repas dans le cadre du Ramadan. Ils ont pu s’échapper en faisant un trou dans une première fenêtre et ont ensuite pu casser les fenêtres extérieures à l’aide de lits. Ce matériel a ensuite été utilisé pour descendre et fuir », raconte encore Katrien Jansseune.

Deux personnes liées à un trafic de drogues, un autre à un dossier de terrorisme

Les autorités n’ont pas encore remis la main sur les cinq individus, qui se trouvaient dans le centre fermé en attendant leur expulsion. Selon le bourgmestre de Steenockerzeel, il s’agit notamment de deux personnes liées à un trafic de drogues et une autre à un dossier de terrorisme. Il est question de trois Marocains, d’un Russe et d’un Algérien. Un avis de recherche a été diffusé au niveau national et des démarches sont déjà entreprises pour étendre ce signalement à l’étranger.

A 11h30, le secrétaire d’Etat effectuera une visite sur place, en compagnie du directeur général de l’Office des étrangers Freddy Roosemont, et du bourgmestre de Steenockerzeel, Kurt Ryon.

Vendredi de la semaine passée, trois illégaux s’étaient déjà échappés de ce même centre fermé. Deux d’entre eux avaient pu être arrêtés dès le lendemain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette touche au terme de sa mission
: l’informateur royal est attendu lundi au Palais. © Photo News.

    Négociations fédérales: les anti-arc-en-ciel se déchaînent

  2. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  3. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite