Accueil Sports Cyclisme Route

Tour d’Italie: Froome ne se perdra pas sur la route de Rome

L’ultime étape de montagne n’a pas apporté de bouleversement, Chris Froome est resté hors de portée de Tom Dumoulin.

Temps de lecture: 2 min

Alea jacta est. À Rome ce dimanche, l’empereur que l’on pensait déchu devrait bel et bien se hisser au sommet de la tribune et saluer ce bon peuple qui avait pourtant cru au changement d’ère. D’envie de vengeance ou de rétorsion, il n’y aura pas, parce que Christopher Froome a le triomphe modeste et l’orgueil bien placé. Au lendemain d’un coup de folie qui s’est mué en coup de génie, sur les pentes conduisant à Bardonecchia, le Britannique a parfaitement géré l’ultime étape piégeuse et montagneuse de ce Giro au scénario ébouriffant. Sauf drame que nul ne souhaite, le leader de la Sky remportera le Tour d’Italie cet après-midi, ce qui lui permettra de réussir une performance hors norme : l’Anglais aura ainsi gagné les trois grands tours à la suite (Tour de France puis Vuelta 2017, Giro 2018), ce qui confirme qu’il est bien le meilleur grimpeur de sa génération et, de loin, le coureur le plus complet dans la gestion de ces efforts de longue haleine.

Thibaut pinot a dévissé

Vers Cervinia, le long d’une route escarpée où le Franc-Comtois Thibaut Pinot a abandonné ses ultimes illusions de podium (le leader Groupama-FDJ est resté scotché sur le bitume dans l’ascension du Saint-Pantaléon et a perdu 21 minutes sur les autres favoris, tout profit pour l’Espagnol Miguel Angel Lopez, désormais assuré d’apparaître sur le podium), le tenant du titre Tom Dumoulin a pourtant tenté de renverser la tendance, plaçant quelques banderilles dans les mollets malingres du maillot rose. Mais Froome ne s’en est jamais laissé conter et a répliqué avec une fermeté qui a chassé toute once de suspense quant à l’issue finale. « Quand je vois où j’en étais il y a encore deux jours à peine, je rêve éveillé », a souri le « Kényan blanc ». « Ce n’est pas encore fini, je dois rallier Rome, mais la bataille est derrière nous. Et croyez-moi, ce fut le combat le plus difficile de ma carrière…  » Comme si la menace d’une suspension (son dossier de contrôle anormal au salbutamol reste pendant) avait malgré tout écorné ses certitudes… N’omettons pas de mentionner la jolie victoire d’étape conquise ce samedi par le grimpeur basque Mikel Nieve, le jour de son 34e anniversaire. De quoi mettre un peu de baume sur les plaies des patrons de l’équipe Mitchelton, au lendemain de la défaillance de Simon Yates.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb