Décès de Mawda: les parents sollicitent un permis de séjour permanent pour raison humanitaire

Décès de Mawda: les parents sollicitent un permis de séjour permanent pour raison humanitaire

Les parents de la petite Mawda, tuée dans la nuit du 16 au 17 mai derniers par une balle de la police lors d’une course-poursuite sur l’E42, ont introduit vendredi une demande de régularisation en Belgique, afin de pouvoir y résider de manière permanente pour raison humanitaire, a indiqué dimanche le secrétaire d’État à l’Asile et l’Immigration Theo Francken, sur le plateau de l’émission « De Zevende Dag » (VRT).

Les parents ont introduit cette demande vendredi soir, sur base de l’article 9 bis de la loi du 15 décembre 1980 concernant l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers, une procédure de régularisation pour circonstances exceptionnelles qui rendent impossible ou très difficile un retour dans le pays d’origine. Leur fillette de deux ans avait été touchée à la tête par une balle de la police tirée vers la camionnette dans laquelle ses parents et d’autres migrants tentaient de fuir les forces de l’ordre, dans des circonstances encore à préciser par l’enquête.

Le gouvernement souhaite s’exprimer

Mais Theo Francken précise qu’il ne pourra pas prendre de décision seul sur ce dossier.« Le gouvernement veut s’exprimer dans ce dossier, le Premier ministre m’a demandé de prendre une décision après consultation. ».

Il a également confirmé que les parents et le frère aîné de la petite victime ne seraient pas, durant le cours de l’enquête, renvoyés vers l’Allemagne, premier pays où ils ont introduit une demande d’asile dans l’Union européenne.

Le secrétaire d’État a en outre affirmé que les parents avaient demandé à ne pas devoir payer les 350 euros par personne qui doivent normalement être versés pour ouvrir une telle procédure de régularisation. «Je n’ai jamais accepté cela par le passé», a commenté le nationaliste flamand, sans préciser ce qui sera décidé.

Enfin, Theo Francken est revenu sur les dernières déclarations de Bart De Wever. «  Je partage son opinion, il y a une responsabilité des parents, dans chaque histoire, mais encore une fois : cela reste une histoire tragique et dramatique. » Le président de la N-Va avait provoqué un polémique jeudi soir en affirmant que les parents de Mawda avaient une part de responsabilité dans sa mort.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite