Décès de Mawda: les parents sollicitent un permis de séjour permanent pour raison humanitaire

Décès de Mawda: les parents sollicitent un permis de séjour permanent pour raison humanitaire

Les parents de la petite Mawda, tuée dans la nuit du 16 au 17 mai derniers par une balle de la police lors d’une course-poursuite sur l’E42, ont introduit vendredi une demande de régularisation en Belgique, afin de pouvoir y résider de manière permanente pour raison humanitaire, a indiqué dimanche le secrétaire d’État à l’Asile et l’Immigration Theo Francken, sur le plateau de l’émission « De Zevende Dag » (VRT).

Les parents ont introduit cette demande vendredi soir, sur base de l’article 9 bis de la loi du 15 décembre 1980 concernant l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers, une procédure de régularisation pour circonstances exceptionnelles qui rendent impossible ou très difficile un retour dans le pays d’origine. Leur fillette de deux ans avait été touchée à la tête par une balle de la police tirée vers la camionnette dans laquelle ses parents et d’autres migrants tentaient de fuir les forces de l’ordre, dans des circonstances encore à préciser par l’enquête.

Le gouvernement souhaite s’exprimer

Mais Theo Francken précise qu’il ne pourra pas prendre de décision seul sur ce dossier.« Le gouvernement veut s’exprimer dans ce dossier, le Premier ministre m’a demandé de prendre une décision après consultation. ».

Il a également confirmé que les parents et le frère aîné de la petite victime ne seraient pas, durant le cours de l’enquête, renvoyés vers l’Allemagne, premier pays où ils ont introduit une demande d’asile dans l’Union européenne.

Le secrétaire d’État a en outre affirmé que les parents avaient demandé à ne pas devoir payer les 350 euros par personne qui doivent normalement être versés pour ouvrir une telle procédure de régularisation. «Je n’ai jamais accepté cela par le passé», a commenté le nationaliste flamand, sans préciser ce qui sera décidé.

Enfin, Theo Francken est revenu sur les dernières déclarations de Bart De Wever. «  Je partage son opinion, il y a une responsabilité des parents, dans chaque histoire, mais encore une fois : cela reste une histoire tragique et dramatique. » Le président de la N-Va avait provoqué un polémique jeudi soir en affirmant que les parents de Mawda avaient une part de responsabilité dans sa mort.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite