Décès de Mawda: les parents sollicitent un permis de séjour permanent pour raison humanitaire

Décès de Mawda: les parents sollicitent un permis de séjour permanent pour raison humanitaire

Les parents de la petite Mawda, tuée dans la nuit du 16 au 17 mai derniers par une balle de la police lors d’une course-poursuite sur l’E42, ont introduit vendredi une demande de régularisation en Belgique, afin de pouvoir y résider de manière permanente pour raison humanitaire, a indiqué dimanche le secrétaire d’État à l’Asile et l’Immigration Theo Francken, sur le plateau de l’émission « De Zevende Dag » (VRT).

Les parents ont introduit cette demande vendredi soir, sur base de l’article 9 bis de la loi du 15 décembre 1980 concernant l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers, une procédure de régularisation pour circonstances exceptionnelles qui rendent impossible ou très difficile un retour dans le pays d’origine. Leur fillette de deux ans avait été touchée à la tête par une balle de la police tirée vers la camionnette dans laquelle ses parents et d’autres migrants tentaient de fuir les forces de l’ordre, dans des circonstances encore à préciser par l’enquête.

Le gouvernement souhaite s’exprimer

Mais Theo Francken précise qu’il ne pourra pas prendre de décision seul sur ce dossier.« Le gouvernement veut s’exprimer dans ce dossier, le Premier ministre m’a demandé de prendre une décision après consultation. ».

Il a également confirmé que les parents et le frère aîné de la petite victime ne seraient pas, durant le cours de l’enquête, renvoyés vers l’Allemagne, premier pays où ils ont introduit une demande d’asile dans l’Union européenne.

Le secrétaire d’État a en outre affirmé que les parents avaient demandé à ne pas devoir payer les 350 euros par personne qui doivent normalement être versés pour ouvrir une telle procédure de régularisation. «Je n’ai jamais accepté cela par le passé», a commenté le nationaliste flamand, sans préciser ce qui sera décidé.

Enfin, Theo Francken est revenu sur les dernières déclarations de Bart De Wever. «  Je partage son opinion, il y a une responsabilité des parents, dans chaque histoire, mais encore une fois : cela reste une histoire tragique et dramatique. » Le président de la N-Va avait provoqué un polémique jeudi soir en affirmant que les parents de Mawda avaient une part de responsabilité dans sa mort.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La ministre compétente Marie-Christine Marghem (MR) s’était plusieurs fois plainte de rencontrer très peu d’intérêt chez les ministres compétents au sein des Régions.

    Le développement durable est le cadet des soucis de la Belgique

  2. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  3. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite