Décès de Mawda: les parents sollicitent un permis de séjour permanent pour raison humanitaire

Edition numérique des abonnés

Les parents de la petite Mawda, tuée dans la nuit du 16 au 17 mai derniers par une balle de la police lors d’une course-poursuite sur l’E42, ont introduit vendredi une demande de régularisation en Belgique, afin de pouvoir y résider de manière permanente pour raison humanitaire, a indiqué dimanche le secrétaire d’État à l’Asile et l’Immigration Theo Francken, sur le plateau de l’émission « De Zevende Dag » (VRT).

Les parents ont introduit cette demande vendredi soir, sur base de l’article 9 bis de la loi du 15 décembre 1980 concernant l’accès au territoire, le séjour, l’établissement et l’éloignement des étrangers, une procédure de régularisation pour circonstances exceptionnelles qui rendent impossible ou très difficile un retour dans le pays d’origine. Leur fillette de deux ans avait été touchée à la tête par une balle de la police tirée vers la camionnette dans laquelle ses parents et d’autres migrants tentaient de fuir les forces de l’ordre, dans des circonstances encore à préciser par l’enquête.

Le gouvernement souhaite s’exprimer

Mais Theo Francken précise qu’il ne pourra pas prendre de décision seul sur ce dossier.« Le gouvernement veut s’exprimer dans ce dossier, le Premier ministre m’a demandé de prendre une décision après consultation. ».

Il a également confirmé que les parents et le frère aîné de la petite victime ne seraient pas, durant le cours de l’enquête, renvoyés vers l’Allemagne, premier pays où ils ont introduit une demande d’asile dans l’Union européenne.

Le secrétaire d’État a en outre affirmé que les parents avaient demandé à ne pas devoir payer les 350 euros par personne qui doivent normalement être versés pour ouvrir une telle procédure de régularisation. «Je n’ai jamais accepté cela par le passé», a commenté le nationaliste flamand, sans préciser ce qui sera décidé.

Enfin, Theo Francken est revenu sur les dernières déclarations de Bart De Wever. «  Je partage son opinion, il y a une responsabilité des parents, dans chaque histoire, mais encore une fois : cela reste une histoire tragique et dramatique. » Le président de la N-Va avait provoqué un polémique jeudi soir en affirmant que les parents de Mawda avaient une part de responsabilité dans sa mort.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Mort de Mawda|Immigration|Belgique|Bart De Wever
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Photo News.

    En vingt ans, la connaissance du néerlandais a chuté à Bruxelles

  2. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  3. Assita Kanko assure se sentir comme un poisson dans l’eau au sein de sa «
nouvelle famille politique
». © Sylvain Piraux.

    Assita Kanko: «Je serai candidate sur une liste N-VA»

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite