Accueil Société

Un lien entre antisémitisme et immigration? Une étude brise le préjugé

Les actes antisémites n’augmentent pas et ne sont pas liés à la présence de migrants venus récemment du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord : c’est le double d’enseignement d’une vaste étude universitaire, que nous avons pu consulter en primeur.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 3 min

L’arrivée de migrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord depuis 2011 a-t-elle un impact sur les comportements et attitudes antisémites en Europe ? C’est la question qu’a voulu vider la fondation d’utilité publique allemande EVZ (« Erinnerung-Verantwortung-Zukunft » : mémoire-responsabilité-avenir). Elle a commandité une étude transnationale (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Belgique) au Center for the Study of Antisemitism de l’Université de Londres, dirigé par le Pr David Feldman.

C’est Marco Martiniello, professeur de sociologie à l’ULiège, spécialiste des migrations, et directeur du CEDEM, et Muriel Sacco, chercheuse en sciences politiques et sociales à l’ULB, qui ont été choisis pour mener l’enquête sur le territoire belge. Leur rapport sera présenté ce lundi ; nous avons pu le consulter en primeur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Laurent Elens, lundi 28 mai 2018, 19:47

    Encore une étude riche en enseignements certes. Puisqu'il est notoire qu'avec les immigrations du Nord de l’Afrique, dans nos régions les choses se dégradent à la seconde génération; il est dès le titre, évident que cette étude est biaisée (on parle d'un biais d'échantillon, et il répond souvent au besoin de remplir un contrat: soit à son exécution, soit au moment du chois du contractant {je parlerais de chois d'un biais implicite} ). Elle, et son chois particulier de diffusion, deviennent donc intéressants à lire en tant que besoin : comme une approche de la culture de culpabilité bobo, et de son "bon usage" politique.

  • Posté par LIENARD NORBERT, lundi 28 mai 2018, 11:17

    on n a vraiment rien d autre à faire que d essayer de nous convaincre que les migrants sont une chance pour tous, si c était vrai cela voudrait dire que nous sommes tous des cons qui avons besoin d être pris en main, qu on consacre de l argent à autre chose, quant à l antisémitisme ouvrez vos yeux et vos oreilles dans les milieux musulmans pas besoin de sondage pour savoir qu ils sont d un antisémitisme à vomir, eux qui demandent toujours pas d amalgame le font au quotidien avec le conflit Palestinien Israël

  • Posté par Martiniello Marco, lundi 28 mai 2018, 13:33

    Monsieur Lienard, je précise que la recherche a été financée par une fondation allemande d'intérêt public (EVZ) qui fait ce qu'elle veut avec son argent. Cette recherche ne concerne pas l'apport des nouveaux migrants. Elle montre que l'antisémitisme qui reste préoccupant en Belgique ne peut pas être imputés aux nouveaux migrants.Certes, il y a de l'antisémitisme dans les populations musulmanes mais c'est un phénomène qui hélas est diffus dans toute la société.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs