Couverts, pailles, coton-tige: l’Europe veut interdire une dizaine de produits en plastique

Couverts, pailles, coton-tige: l’Europe veut interdire une dizaine de produits en plastique

La Commission européenne a proposé lundi d’interdire une dizaine de produits de consommation courante contenant du plastique et pour lesquels des solutions de remplacement sont facilement disponibles et peu coûteuses, parmi plusieurs mesures destinées à réduire la pollution marine.

Cette interdiction s’appliquera aux bâtonnets de coton-tige, couverts, assiettes, pailles, bâtonnets mélangeurs pour boissons et tiges pour ballons en plastique, qui devront à l’avenir être produits uniquement à partir de matériaux plus durables.

Frans Timmermans

Il s’agit d’une initiative «  ciblée et proportionnée », qui concerne directement les dix premières sources de déchets marins en Europe, c’est-à-dire les dix articles en plastique à usage unique que l’on trouve le plus couramment sur les plages de l’Union, a commenté le vice-président de la Commission, Frans Timmermans. Avec les engins de pêche abandonnés, perdus et rejetés, ils représentent collectivement 70 % de l’ensemble des déchets marins. «  L’UE n’est peut-être pas le premier contributeur au problème des produits marins en plastique, mais elle veut être la première pour des solutions. C’est une course pour la première place », a commenté M. Timmermans.

Dans ce dossier, la préoccupation environnementale rejoint l’intérêt économique. « L’Europe pourrait être la première à créer les produits dont le monde aura besoin au cours des décennies à venir et à tirer une plus grande valeur économique de ressources qui sont précieuses et limitées  », a commenté le vice-président et commissaire à la Compétitivité Jyrki Katainen.

Il note que la plupart des produits qui seront interdits ne sont pas fabriqués en Europe. La proposition peut aussi être vue comme une réponse à l’interdiction chinoise des importations de détritus plastiques sur son territoire, a ajouté M. Katainen.

Faire payer les producteurs

La Commission envisage aussi que les fabricants prennent en charge une partie des frais de gestion et de nettoyage des déchets et des coûts liés aux mesures de sensibilisation concernant les récipients pour aliments, les sachets et emballages (par exemple pour les chips et les sucreries), les récipients et gobelets pour boissons, les produits du tabac avec filtres (tels que les mégots de cigarettes), les lingettes humides, les ballons et les sacs en plastique légers. Des mesures inciteront l’industrie à mettre au point des solutions de remplacement moins polluantes pour ces produits.

Avec cette batterie de mesures, la Commission compte éviter l’émission de 3,4 millions de tonnes équivalent CO2 et des dommages environnementaux dont le coût d’ici à 2030 s’élèverait à 22 milliards d’euros. L’exécutif européen espère voir sa proposition votée avant les élections de 2019. Elle devra d’ici là être approuvée par les États membres et le Parlement européen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite