Accueil Monde Europe

Vincent de Coorebyter: «Les populistes font croire qu’ils savent ce que veut leur électorat»

La crise italienne a franchi un nouveau cap avec le refus du président Mattarella de nommer l’un des ministres pressentis dans la coalition entre le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue. Pour Vincent de Coorebyter, les constitutions démocratiques sont faites pour éviter que des majorités politiques issues des urnes puissent faire tout et n’importe quoi, au simple nom de leur majorité numérique.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

En refusant la nomination de Paolo Savona, jugé trop anti-euro, au ministère de l’Economie, le président italien Sergio Mattarella a bloqué le gouvernement Conte. Un déni de démocratie, considérant le résultat des élections générales du 4 mars dernier ? Nous avons posé la question à Vincent de Coorebyter, titulaire de la chaire de Philosophie sociale et politique contemporaine à l’ULB.

La souveraineté populaire doit-elle automatiquement se traduire en décisions politiques et juridiques, même si son orientation est déplaisante ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs