Accueil Belgique Politique

Les présidents de partis, les mauvais élèves de la Chambre

Depuis 1993, un député ne perçoit la totalité de sa rémunération que s’il participe à 80 % des votes en séance plénière. Mais la tradition prévoit une exception pour les présidents de parti. Qui ne sont pourtant pas les plus actifs à la Chambre… à l’exception d’Olivier Maingain.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 5 min

Les présidents de parti sont-ils au-dessus des règles ? A la Chambre, depuis 1993 existe une réglementation prévoyant qu’un député ne perçoit l’intégralité de son indemnité parlementaire que s’il a participé à 80 % au moins de votes en séance plénière. Dans le cas contraire, son salaire est raboté de 10 % (voire de 30 ou 60 % s’il a un taux de présence plus faible encore, Le Soir des 26 et 27 mai). Dans les prochains jours, ce principe sera même élargi à la présence aux votes en commissions, où il faudra aussi un taux de 80 % sous peine de sanction financière.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par christian jacquet, mercredi 30 mai 2018, 12:21

    OLIVIER MAINGAIN meilleur élève de la classe , pardon , de la Chambre :)

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs