Liège débloque plus d’un million d’euros pour une salle de consommation de drogue

Photo prétexte © Michel Tonneau
Photo prétexte © Michel Tonneau

Après la proposition de motion adoptée quasi à l’unanimité, le 23 mai dernier, par le Parlement wallon et visant à la mise en place d’expériences-pilotes de dispositifs intégrés en réduction des risques liés aux assuétudes et à la toxicomanie dans les grandes villes wallonnes, le conseil communal de Liège a désigné à l’unanimité, lundi soir, la fondation privée Tadam en tant qu’opérateur de la mise en oeuvre, de la gestion et de l’animation d’une salle de consommation dite à moindre risque.

Le 29 janvier dernier, le conseil communal de Liège s’est prononcé à l’unanimité en faveur de l’ouverture d’une salle de consommation de drogue, dite à moindre risque, en vue de réduire les nuisances engendrées par la toxicomanie de rue.

Depuis lors, le bourgmestre liégeois a accompli diverses démarches. Le 16 mai, il a ainsi rencontré le ministre fédéral de la Justice, Koen Geens, qui a confirmé que l’accord de gouvernement ne prévoit pas de modification de la loi de février 1921 relative à la consommation de produits stupéfiants.

Une ouverture en septembre ?

Partant du principe qu’une compétence régionalisée « doit pouvoir s’exercer pleinement sans que la législation fédérale n’y fasse entrave », la ville de Liège souhaite faire aboutir cette salle de consommation. Celle-ci sera intégrée dans le quartier Cathédrale nord, dans les locaux où s’était établi il y a quelques années le projet pilote « Tadam » (traitement assisté par héroïne), à côté du commissariat de Wallonie-Centre. Son ouverture pourrait intervenir en septembre prochain. Il s’agirait d’un centre intégré comprenant des services socio-médico-sanitaires et visant à amener les toxicomanes vers le secteur de l’aide et de soins, tout en permettant de sortir la consommation de stupéfiants de l’espace public.

C’est cette même structure Tadam qui a été désignée pour en assurer la gestion. Le conseil communal a également voté, à l’unanimité, la mise à disposition de plus d’un million d’euros pour ce projet.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des tout proches de Dimitri Fourny font aussi partie des inculpés.

    Soupçons de fraude électorale à Neufchâteau: qui est responsable des fausses procurations?

  2. Une traversée post-électorale difficile pour Corneille Nangaa, le président de la Céni.

    RD Congo: le président de la Commission électorale dans la tourmente

  3. La série «Chimerica», présentée en compétition officiel du festival, explore les relations est-ouest sur fond de campagne électorale américaine.

    La politique s’invite dans les séries de demain

Chroniques
  • Loi climat: les cahiers au feu et le CO2 au milieu!

    Lorsque la Belgique a navigué jadis sans gouvernement pendant un an et demi, régnait un étrange sentiment d’allégresse et de liberté – sauf dans les milieux politiques. Une atmosphère d’école buissonnière genre « les cahiers au feu et le prof au milieu » !

    Rien de commun avec «  l’ambiance gilets jaunes  » qui agite la France. Là, les manifestants se battent contre les politiques pour leur arracher le pouvoir. Le « peuple » (c’est-à-dire eux) réclame le droit de voter ou de modifier les lois, renvoyer les parlementaires dont la tête ne leur revient pas, tout décider par référendum et son contraire.

    Chez nous, rien de tel. Les citoyens n’avaient aucune envie de toucher...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite