Bijoux d’auteurs

Lot 145. Robert Smit, Collier «
Les fleurs qui tombent », 1995.
Lot 145. Robert Smit, Collier « Les fleurs qui tombent », 1995. - DR

Cette mise en exergue des artistes du bijou – par opposition aux bijoux d’artistes qui font faire leurs bijoux – est une façon d’interroger notre approche du bijou et de ses créateurs. Plutôt que de se focaliser sur des bijoux d’artistes connus comme Ernst ou Bury, la collection Folchini nous confronte à des créations d’une tout autre dimension. La collectionneuse a en effet toujours privilégié orfèvres et maîtres d’ateliers qui, comme elle l’écrit, dans l’ombre discrète de leurs établis passaient d’inlassables heures à polir, ciseler et façonner des pièces uniques.

GR20

La collectionneuse italienne est une spécialiste éminente en la matière. Femme d’affaires dans le secteur de l’immobilier, elle s’est progressivement tournée vers le bijou, sa passion de toujours. Du bijou traditionnel, Art nouveau ou déco qu’elle traquait dans un premier temps (comme le montrent les quarante derniers numéros de la vente), elle s’est ensuite centrée uniquement sur le bijou contemporain. « Un bijou qui remet tous les paradigmes classiques en question, qui anticipe et bouscule par sa modernité sans concession »  ; un bijou qui innove et expérimente sans cesse, au niveau des techniques et des formes. Un bijou singulier.

C’est l’œuvre de toute une vie ou presque – celle de GR et de son studio galerie où elle a organisé de très nombreuses expositions internationales – que PBA présente à Bruxelles grâce à l’expertise de Patrick Sigal (qui avait déjà officié pour la vente de la collection de Nelly Van den Abeele). Il semble d’ailleurs que cette vacation ait été l’élément déclencheur du choix de GR de PBA pour la dispersion de ce qu’elle a de plus cher, elle qui a consacré des années à monter sa collection mais aussi celles d’autres passionnés de bijoux, en Europe, comme aux Etats-Unis, et qui se retrouvent dans des institutions muséales prestigieuses (comme the Cooper Hewitt-Museum à Londres, de Stedelijk Museum ou le design Museum à Amsterdam, le Museum de Pforzheim en Allemagne).

C’est dire l’importance de cette vente de niche dans un pays qui, pas plus que la France, n’a soutenu la création contemporaine dans le domaine du bijou, à la différence de l’Italie avec l’Ecole d’orfèvrerie de Padoue (et des artistes tels que Babetto ou Pavan), mais aussi des Pays-Bas (avec la Rietveld Academie et Ted Noten, Iris Eichenberg ou Robert Smit) ou de l’Allemagne tout autour de Dobler, Maierhofer ou Zimmerman.

4 sur 229

Lot 88. Bruno Martinazzi, Bracelet, 1973.
Lot 88. Bruno Martinazzi, Bracelet, 1973. - DR

Parmi ces bijoux inédits, dévoilons quatre pièces susceptibles de poser quelques jalons pour les collectionneurs avertis comme pour les simples curieux. Tout d’abord une broche « Cubo Azzuro » (2002, lot 108, estimation 1.500-2.000 euros) en or et émail signée Francesco Pavan. Ensuite un des top lots de la vente (le lot 88, estimation 8-12.000 euros), un bracelet de 1973 de Bruno Martinazzi, l’un des artistes du bijou contemporain les plus importants et prestigieux du XXe siècle. À la fois sculpteur et créateur de bijoux, il est présent ici avec une pièce unique et typique de son travail puisqu’il s’agit d’une représentation d’une partie du corps (en l’occurrence un doigt) réalisée en or blanc et jaune, son matériau de prédilection. Restons en Italie avec Babetto et une de ses broches reprenant une portion d’une peinture de la Renaissance (lot 10, 3-4.000 euros).

Terminons avec une pièce de Robert Smit aux accents enchanteurs issus du monde de l’enfance avec ses « Fleurs qui tombent », un collier clin d’œil aux motifs à colorier, ici des fleurs en or qu’il a sommairement recouvert de pigment rouge, laissant poindre la matière précieuse sous-jacente dans un geste qui n’est pas si anodin.

Conceptuels, les bijoux ? Pas que ! Ils sont aussi ludiques, minimalistes, inattendus, poétiques ou provocateurs. Un monde à découvrir !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite