Un héritage archiépiscopal

En juillet 2017, le cardinal Joachim Meisner, ancien archevêque de Cologne, décédait à l’âge de 83 ans lors de vacances en Bavière peu de temps après avoir pris sa retraite. Le prélat, né à Wroclaw en 1933, alors en territoire allemand (aujourd’hui Breslau en Pologne), avait réuni au cours de sa vie une collection d’une certaine importance. Et ce grâce notamment à l’aide d’Hildegard Domizlaff, une artiste allemande originaire d’Erfurt (ancienne plaque tournante du commerce avec la Russie) disparue en 1987, qui lui avait légué un certain nombre de pièces relativement précieuses, tant en matière d’art ancien que d’art du XIXe siècle.

Aux commandes de la dispersion d’une première partie de l’héritage artistique du cardinal Meisner destinée à financer les diverses activités de la Kardinal-Meisner-Stiftung, Lempertz proposait notamment un petit triptyque italien du XIVe siècle dans sa vacation Old Masters du 16 mai à Cologne.

Avant d’appartenir au prélat, la peinture avait figuré dans la collection d’Hildegard Domizlaff, qui était par ailleurs la fille du président-directeur des Postes impériales et qui le tenait de son frère Helmuth, un antiquaire de Munich connu pour sa collection d’estampes. Le marchand l’avait acquis au début des années 1970 auprès d’un confrère allemand autrement plus célèbre, Julius Böhler. Étonnamment, jusqu’à sa mise en vente chez Lempertz, personne (y compris le cardinal Meisner) ne connaissait l’identité de l’artiste se cachant derrière cette représentation de la Madone sur le trône avec l’Enfant, pour le panneau central…

Maestro di Tobia

Après bien des recherches, on la relie désormais au corpus (encore très lacunaire) d’un mystérieux artiste connu sous le nom de Maestro di Tobia, actif à Florence entre 1345 et 1370. Sans surprise, c’est du coup une véritable bataille d’enchères qui s’est déroulée à Cologne pour s’en emparer, le marteau tombant finalement à 496.000 euros alors que sa fourchette d’estimation ne courrait au départ qu’entre 120.000 et 160.000 euros.

Soit le deuxième meilleur résultat de toute la vacation Old Masters, à quelques encablures derrière les 652.000 euros obtenus pour un portrait d’homme peint en 1509 par Joos van Cleve (mais ne provenant par de la collection Meisner). Figurant parmi les réalisations les plus anciennes du peintre allemand et ayant autrefois appartenu au grand collectionneur londonien Henry Oppenheimer, celui-ci n’était pourtant pas du tout attendu à une telle place puisque les experts de Lempertz l’avaient estimé entre 100.000 et 120.000 euros.

Peinture allemande

Témoin peut-être plus authentique des goûts du cardinal en matière d’art puisque ne lui ayant pas été transmise par Hildegard Domizlaff, une petite pietà sur panneau datant du milieu du XVe siècle et originaire des Pays-Bas a quant à elle trouvé preneur pour 9.920 euros. Estimée entre 6.000 et 8.000 euros, on ne pouvait toutefois pas l’attribuer à un artiste en particulier.

Au total, la vacation Old Masters a généré un chiffre d’affaires de près de 4 millions d’euros.

Pour ce paysage tardif de Carl Rottmann, les enchères se sont arrêtées à 93.000 euros.
Pour ce paysage tardif de Carl Rottmann, les enchères se sont arrêtées à 93.000 euros. - DR

Lors de la seconde vente aux enchères de la journée, consacrée cette fois uniquement à l’art du XIXe siècle, Lempertz a également adjugé plusieurs œuvres en provenance de la collection du cardinal, dont un petit tableau de l’artiste et médecin saxon Carl Gustav Carus. Figurant sous la lumière de la lune un passage près d’une église gothique, celui-ci a pratiquement doublé son estimation haute (30.000 – 40.000 euros) en étant adjugé 78.120 euros, tandis qu’un paysage maritime de Carl Rottmann datant de la fin des années 1840 et ayant autrefois appartenu à Helmuth Domizlaff a plus que triplé son estimation haute (20.000 – 25.000 euros) en trouvant preneur pour 93.000 euros. De quoi porter au total l’addition des 28 lots issus de la collection Meisner à quelque 840.000 euros…

Tous les prix mentionnés ci-dessus s’entendent frais inclus.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite