Fusillade à Liège: ce que l’on sait (vidéos)

Un homme a tué deux policières et un jeune homme de 22 ans. Il a été abattu par les agents du Peloton anti-banditisme (PAB) de la police de Liège à 11h00.

Un numéro vert est accessible pour les citoyens : 0800/94.000.

Les faits

À 10h30, un individu porteur d’une arme blanche a pris en filature deux policières dans le centre-ville de Liège. Il a attaqué dans le dos les deux policières et leur a asséné plusieurs coups de couteau. Il s’est ensuite emparé de leurs armes de service et a fait feu sur les deux agents, qui sont décédés.

L’assaillant a ensuite continué à pied et s’est attaqué à une personne se trouvant dans sa voiture, un jeune homme de 22 ans, a précisé le procureur du Roi. Il a perdu la vie.

L’homme est ensuite entré dans l’athénée Léonie de Waha où il a pris en otage une employée. Le peloton anti-banditisme (PAB) est alors intervenu. L’individu a « fait une sortie » en ouvrant le feu vers les policiers, en blessant certains aux jambes. L’homme a finalement été abattu.

L’auteur de l’attaque

Selon nos informations, l’auteur des tirs serait un certain Benjamin Herman, né en 1985. Il était connu pour des faits de droits communs (vol qualifié, coups et blessures, association de malfaiteurs…) et était réputé ultra-violent. Il se trouvait en sortie pénitentiaire hier soir et n’est pas rentré à la prison de Marche. Il a fréquenté plusieurs établissements et aurait été en contact avec des détenus radicalisés.

L’auteur de l’attaque à Liège avait déjà bénéficié de 11 autorisations de sortie d’un jour et de 13 congés pénitentiaires de deux jours. Quant au fait que l’auteur se trouvait en congé pénitentiaire pour deux jours et qu’il devait réintégrer la prison ce mardi, Jan Jambon a insisté sur le fait que ce genre de décision n’était pas pris à la légère et qu’il n’y avait dès lors pas lieu d’évoquer une erreur.

Enfin, le ministre de la Justice Koen Geens a précisé que l’auteur était détenu depuis 2003 et qu’il devait achever sa peine en 2020. Il a bénéficié d’autorisations de sortie et de congés pénitentiaires pour préparer sa réinsertion mais n’a jamais été libéré sous condition par le tribunal de l’application des peines, a insisté M. Geens.

L’enquête

L’affaire a été mise à l’instruction, sous une qualification terroriste. Le procureur fédéral est présent à la conférence de presse en raison de la fédéralisation du dossier.

Un périmètre de sécurité

À la suite de la fusillade, un périmètre de sécurité a été mis en place et le boulevard d’Avroy fermé à la circulation. De nombreuses lignes de bus ont été déviées.

Le direct sur mobile

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Fusillade à Liège|Police et justice|Liège (prov. de Liège)
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les files sont longues devant les bureaux, certains dorment sur place pour être sûr d’être parmi les premiers. Si femmes et enfants sont sortis de la file par les associations, ce n’est pas le cas des hommes.

    Cinq heures d’attente mordus par le froid, le sacerdoce imposé aux demandeurs d’asile

  2. EU-SUMMIT_ARRIVALS

    Brexit: le «no deal» devient un scénario de plus en plus probable

  3. Assita Kanko assure se sentir comme un poisson dans l’eau au sein de sa «
nouvelle famille politique
». © Sylvain Piraux.

    Assita Kanko: «Je serai candidate sur une liste N-VA»

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite