Crise du Fipronil: l’Afsca soupçonnée de mauvaise communication

Ce mardi, entre 9h et 11h45 du matin, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a reçu la visite d’enquêteurs. Cette perquisition a été effectuée par le juge d’instruction Michel Claise, en présence du ministère public. « Le dossier judiciaire concerne des suspicions de diffusion de fausses informations relatives à la contamination des œufs par le Fipronil, au cours de l’année 2017. L’enquête est en cours. Aucun autre commentaire ne sera effectué à l’heure actuelle afin de ne pas porter préjudice à l’enquête. », s’est contenté d’expliquer Denis Goeman, substitut du procureur du Roi, porte-parole du Parquet de Bruxelles.

Mais, selon une information recueillie par Le Soir, la justice bruxelloise soupçonne, « dans ce dossier très délicat », « une mauvaise communication dans le chef de l’Afsca ». Rappelons que, l’été dernier, lors de la crise du Fipronil, l’agence avait fait l’objet de critiques. D’aucuns avaient jugé sa communication déficiente car trop tardive, laconique, voire contradictoire et ce, au détriment de la santé publique et des consommateurs.

La Chambre veut savoir

Interrogé sur le sujet par Le Soir, le cabinet de Denis Ducarme (MR), ministre de tutelle de l’Afsca, ne s’est guère montré loquace sur cette enquête et cette perquisition. « Le Ministre a pris acte de la perquisition. La justice fait son travail, » a commenté le cabinet ministériel. Afin d’en savoir plus, le député fédéral Michel de Lamotte (CDH) compte interpeller le ministre Ducarme à ce sujet dans les quinze jours, lors de la commission « Santé publique » de la Chambre.

Quant à l’Afsca, elle n’apporte pas plus de lumière sur l’enquête dont elle fait l’objet. Elle assure juste avoir « collaboré pleinement avec les enquêteurs. Ceux-ci ont consulté des ordinateurs. Nous leur avons donné tous les documents qu’ils désiraient et avec lesquels ils sont repartis. »

Cette perquisition et cette enquête constituent une nouvelle tuile pour l’image de l’Agence. En mars dernier, celle-ci avait été épinglée pour son manque de proactivité dans l’affaire de fraude à la viande chez Veviba à Bastogne. Cela a motivé le ministre Ducarme à commander un double audit sur l’Afsca, analyse interne qui va bientôt démarrer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite