Crise du Fipronil: l’Afsca soupçonnée de mauvaise communication

Ce mardi, entre 9h et 11h45 du matin, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a reçu la visite d’enquêteurs. Cette perquisition a été effectuée par le juge d’instruction Michel Claise, en présence du ministère public. « Le dossier judiciaire concerne des suspicions de diffusion de fausses informations relatives à la contamination des œufs par le Fipronil, au cours de l’année 2017. L’enquête est en cours. Aucun autre commentaire ne sera effectué à l’heure actuelle afin de ne pas porter préjudice à l’enquête. », s’est contenté d’expliquer Denis Goeman, substitut du procureur du Roi, porte-parole du Parquet de Bruxelles.

Mais, selon une information recueillie par Le Soir, la justice bruxelloise soupçonne, « dans ce dossier très délicat », « une mauvaise communication dans le chef de l’Afsca ». Rappelons que, l’été dernier, lors de la crise du Fipronil, l’agence avait fait l’objet de critiques. D’aucuns avaient jugé sa communication déficiente car trop tardive, laconique, voire contradictoire et ce, au détriment de la santé publique et des consommateurs.

La Chambre veut savoir

Interrogé sur le sujet par Le Soir, le cabinet de Denis Ducarme (MR), ministre de tutelle de l’Afsca, ne s’est guère montré loquace sur cette enquête et cette perquisition. « Le Ministre a pris acte de la perquisition. La justice fait son travail, » a commenté le cabinet ministériel. Afin d’en savoir plus, le député fédéral Michel de Lamotte (CDH) compte interpeller le ministre Ducarme à ce sujet dans les quinze jours, lors de la commission « Santé publique » de la Chambre.

Quant à l’Afsca, elle n’apporte pas plus de lumière sur l’enquête dont elle fait l’objet. Elle assure juste avoir « collaboré pleinement avec les enquêteurs. Ceux-ci ont consulté des ordinateurs. Nous leur avons donné tous les documents qu’ils désiraient et avec lesquels ils sont repartis. »

Cette perquisition et cette enquête constituent une nouvelle tuile pour l’image de l’Agence. En mars dernier, celle-ci avait été épinglée pour son manque de proactivité dans l’affaire de fraude à la viande chez Veviba à Bastogne. Cela a motivé le ministre Ducarme à commander un double audit sur l’Afsca, analyse interne qui va bientôt démarrer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite