Accueil Société Régions Liège

Fusillade à Liège: ce que l’on sait des victimes

Ce mardi matin, à Liège, un homme né en 1987 a ouvert le feu, tuant deux policières et un jeune homme de 22 ans. Quatre policiers ont été blessés.

Temps de lecture: 2 min

L ’objectif de l’assassin était de s’en prendre à la police », a indiqué mardi Christian Beaupère, chef de corps de la police liégeoise. Deux policières et un jeune homme de 22 ans ont été tués mardi à Liège. Benjamin Herman, né en 1987, a ouvert le feu avant de prendre en otage un membre du personnel de l’athénée Léonie de Waha, boulevard d’Avroy. Deux autres policiers ont également été blessés. L’enquête est confiée au parquet fédéral.

Christian Beaupère a par ailleurs décliné l’identité des deux policières décédées : Soraya Belkacemi (née en 1973) et Lucile Garcia (née en 1964). Elles étaient entrées à la police respectivement en 1994 et 2010. Elles étaient toutes deux mamans. Soraya Belkacemi avait des jumelles de 13 ans, déjà orphelines de leur papa. Quant à Lucile Garcia, elle avait un fils de 25 ans.

Deux polciieres

Lucile

Concernant la troisième victime, le jeune homme de 22 ans tué dans son véhicule, il était élève à la Haute Ecole de la Ville de Liège et allait prochainement être diplômé instituteur, a indiqué le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer. La Haute Ecole a reporté l’ensemble de ses examens prévus mercredi.

20258173_1414336031987760_4072755797176061736_n

L’Athénée Léonie de Waha, où l’assaillant a pris en otage une employée, sera elle fermée toute la journée de mercredi.

Visite officielle à l’hôpital

Le Roi Philippe, le Premier ministre Charles Michel et le ministre fédéral de l’Intérieur Jan Jambon ont rendu visite, mardi après-midi, aux policiers blessés lors de la fusillade survenue le matin-même dans le centre de Liège, a indiqué Nathalie Evrard, porte-parole du CHR de la Citadelle.

Après avoir quitté le centre de crise à l’hôtel de police de Liège, le Roi ainsi que le Premier ministre et Jan Jambon se sont rendus au CHR de la Citadelle, où ont été admis les quatre policiers blessés par balle lorsque l’assaillant est sorti de l’athénée en faisant feu vers les forces de l’ordre.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Pierre Zeevaert, mardi 29 mai 2018, 18:43

    En ce qui concerne les policiers et policières, On pourrait s'interroger aussi sur les directives qui leur sont données, sur la formation qu'ils, (elles) ont reçue, pour expliquer la réaction dans cette situation. Quand elles sont sur le terrain ils (elles) sont envoyés en binôme, un des 2 policiers protégeant l'autre : c'est particulièrement évident quand on sait que le niveau d'alerte n'est pas zéro mais deux! En la circonstance les deux policières ne devaient pas rédiger des PV en même temps (même si c'est plus rentable, considération particulièrement ignoble) mais l'une des 2 devait protéger l'autre en cas d'agression ce qui lui aurait largement donné le temps de réagir avec son arme, en étant évidemment convaincu qu'elles en ont encore le droit. Il est impensable, avec une formation correcte que les 2 policières et pu être désarmé en même temps avec les conséquences que l'on connaît quant à l'usage de ces armes par le terroriste concerné. Pendant combien de temps encore va-t-on détruire le respect de la police et l'État de droit, en encourant le risque que la population écœurée et en colère ne réagissent initiative. À moins qu'on ait voulu préventivement désarmer toute la population sans risque pour laisser seulement les délinquants avoirs un accès aux multiples armes de contrebande. Quelqu'un peut-il me dire ce que l'on cherche en laissant la situation dégénérer à ce point

  • Posté par Jean-Claude Morgenthal, mardi 29 mai 2018, 19:05

    Un ami policier, récemment dcd de maladie nous racontait les vexations que ses collègues et lui même devaient subir de la part de la hiérarchie et ce......uniquement......parce qu'ils sont tenus de faire du chiffre en PV. Quitte à verbaliser plusieurs fois le mm véhicule. A croire que la sécurité de la population passe au second rang.

  • Posté par Pierre Zeevaert, mardi 29 mai 2018, 18:42

    Écœuré, - en tant que membre fondateur du mouvement écolo -en tant qu'ancien officier de réserve (pacifiste à l'époque c'était possible) ce qui me donne une bonne expérience de l'usage des armes et des réactions qu'il faut acquérir -en tant qu'ancien fonctionnaire qui avait le sens du devoir et du service et qui par sa fonction (idem pour la situation d'officier) avait juré de respecter la constitution et l'État de droit Je m’autorise à réagir de la façon la plus respectueuse et honnête que possible . Félicitations aux responsables d'une certaine gauche, de la nouvelle écologie qui s'est convertie au ratissage des voix, aux droits de l'hommistes (pour rappel : on ne parle jamais des devoirs de l'homme) et de tous ceux qui, la larme à l'œil, ont stigmatisé les policiers dans la moindre intervention ayant pour but de faire respecter la loi. Ils ont atteint leur but, les deux policières n'ont pas tiré et elles en sont mortes.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo