Accueil Société Régions Liège

Fusillade à Liège: «On relâche des délinquants», regrette le père de Cyril, une des victimes (vidéo)

Mardi vers 10h30, un homme a attaqué à l’arme blanche deux policières avant de s’emparer de leurs armes de service. Il a ouvert le feu sur les deux agents, qui ont perdu la vie, ainsi que sur un jeune homme de 22 ans qui se trouvait dans sa voiture.

Temps de lecture: 2 min

L ’objectif de l’assassin était de s’en prendre à la police », a indiqué mardi Christian Beaupère, chef de corps de la police liégeoise. Deux policières et un jeune homme de 22 ans ont été tués mardi à Liège. Benjamin Herman, né en 1987, a ouvert le feu avant de prendre en otage un membre du personnel de l’athénée Léonie de Waha, boulevard d’Avroy. Deux autres policiers ont également été blessés. L’enquête est confiée au parquet fédéral.

Deux policières ont été tuées et la troisième victime est jeune homme de 22 ans tué dans son véhicule. Il était élève à la Haute Ecole de la Ville de Liège et allait prochainement être diplômé instituteur, a indiqué le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer. La Haute Ecole a reporté l’ensemble de ses examens prévus mercredi.

Le père de Cyril Vangriecken s’est exprimé au micro de BFMTV. Dans son interview téléphonique, il déplore l’attitude de la justice belge qui « relâche des délinquants ».

« Mon fils, c’était un enfant, je ne peux même pas vous le décrire, il était parfait. Quand je vous dis parfait, c’était parfait. Il ne pensait qu’à ses études, il ne sortait jamais. Vous pouvez poser des questions à tous ses amis, à toute sa famille, il ne voyait qu’une chose, ses études. Aujourd’hui, il a été tué parce qu’il rapportait son TFE, son travail de fin d’études, parce qu’il allait réussir », confie le père du jeune garçon assassiné.

« On donne raison à des délinquants, on les relâche. Combien de fois il faut encore que cela arrive, qu’il y ait des gens, des jeunes qui ne font rien et qui se fassent tuer par des gens qui sortent de prison. Mon fils a été tué par une balle de la police de Liège, qui vient d’un pistolet de la police de Liège. Ici, les juges préfèrent condamner pour des délits de vitesse au lieu de condamner des gens qui tuent, qui font n’importe quoi », continue-t-il.

« La justice en Belgique condamne des malheureux qui ne font qu’un délit de vitesse, qui ne font rien de mal, mais ceux qui font du mal ici en Belgique, on les laisse ressortir, on les laisse refaire du mal à des gens », conclut le père, bouleversé.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo