Fusillade à Liège: beaucoup de questions se posent autour du profil du tueur

© Le Soir/Bruno D’Alimonte
© Le Soir/Bruno D’Alimonte

Deux policières et un jeune homme de 22 ans ont été tués mardi à Liège. L’assaillant, Benjamin Herman, a ouvert le feu avant de prendre en otage un membre du personnel de l’athénée Léonie de Waha, boulevard d’Avroy. Quatre autres policiers ont également été blessés, dont trois sont toujours hospitalisés. L’enquête est confiée au parquet fédéral.

L’enquête devra répondre à de nombreuses questions.

Un attentat terroriste ?

Le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw a indiqué que des éléments laissaient penser qu’il s’agissait d’un acte terroriste.

Moins affirmatif que le procureur, le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, a estimé qu’il n’est pas « évident » qu’il s’agisse d’un acte terroriste, sinon des éléments auraient déjà permis de l’établir.

Quant au Premier ministre Charles Michel, il a confié au micro de La Première que l’attaque n’a pas été revendiquée par le groupe État islamique.

L’auteur radicalisé ?

Exclusivement condamné pour des faits de droit commun, Benjamin Herman figurait dans trois dossiers « radicalisation » mais uniquement en raison de ses relations avec des détenus plus inquiétants. Deux de ces dossiers ont été ouverts par la Sûreté de l’État, le troisième par la police liégeoise. Mais aucune des deux autorités, a indiqué le ministre de la Justice, n’a estimé que les faits «  méritaient une qualification » particulière. Selon nos informations, le Chevetognois s’était converti à l’islam en prison mais pratiquait sa religion de façon discrète.

Les sorties et congés pénitentiaires ?

Benjamin Herman avait déjà bénéficié de 11 autorisations de sortie d’un jour et de 13 congés pénitentiaires de deux jours qui s’étaient bien déroulés, il était donc difficile de prévoir que cela se passerait mal à la 14e fois, a affirmé le ministre de la Justice, Koen Geens.

Fiché S ?

L’auteur de l’attaque serait fiché par la Sûreté de l’État pour avoir été en contact en prison avec des islamistes et s’être radicalisé, selon plusieurs médias.

Le parcours du tueur ?

Jan Jambon l’a confirmé. Benjamin Herman a commis un premier homicide avant de se rendre à Liège et de débuter sa balade macabre sur le boulevard d’Avroy. Quelques heures auparavant, le corps d’un homme de 30 ans, un certain Michael Wilmet, a été découvert dans une habitation située à On, dans la commune de Marche-en-Famenne. La victime est une connaissance de Benjamin Herman.

La police se demande aussi s’il existe un lien entre la sortie de Benjamin Herman de prison et un braquage commis dans la nuit de lundi à mardi dans une bijouterie à Rochefort.

Le direct sur mobile

Invalid Scald ID.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous