Fusillade à Liège: beaucoup de questions se posent autour du profil du tueur

© Le Soir/Bruno D’Alimonte
© Le Soir/Bruno D’Alimonte

Deux policières et un jeune homme de 22 ans ont été tués mardi à Liège. L’assaillant, Benjamin Herman, a ouvert le feu avant de prendre en otage un membre du personnel de l’athénée Léonie de Waha, boulevard d’Avroy. Quatre autres policiers ont également été blessés, dont trois sont toujours hospitalisés. L’enquête est confiée au parquet fédéral.

L’enquête devra répondre à de nombreuses questions.

Un attentat terroriste ?

Le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw a indiqué que des éléments laissaient penser qu’il s’agissait d’un acte terroriste.

Moins affirmatif que le procureur, le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, a estimé qu’il n’est pas « évident » qu’il s’agisse d’un acte terroriste, sinon des éléments auraient déjà permis de l’établir.

Quant au Premier ministre Charles Michel, il a confié au micro de La Première que l’attaque n’a pas été revendiquée par le groupe État islamique.

L’auteur radicalisé ?

Exclusivement condamné pour des faits de droit commun, Benjamin Herman figurait dans trois dossiers « radicalisation » mais uniquement en raison de ses relations avec des détenus plus inquiétants. Deux de ces dossiers ont été ouverts par la Sûreté de l’État, le troisième par la police liégeoise. Mais aucune des deux autorités, a indiqué le ministre de la Justice, n’a estimé que les faits «  méritaient une qualification » particulière. Selon nos informations, le Chevetognois s’était converti à l’islam en prison mais pratiquait sa religion de façon discrète.

Les sorties et congés pénitentiaires ?

Benjamin Herman avait déjà bénéficié de 11 autorisations de sortie d’un jour et de 13 congés pénitentiaires de deux jours qui s’étaient bien déroulés, il était donc difficile de prévoir que cela se passerait mal à la 14e fois, a affirmé le ministre de la Justice, Koen Geens.

Fiché S ?

L’auteur de l’attaque serait fiché par la Sûreté de l’État pour avoir été en contact en prison avec des islamistes et s’être radicalisé, selon plusieurs médias.

Le parcours du tueur ?

Jan Jambon l’a confirmé. Benjamin Herman a commis un premier homicide avant de se rendre à Liège et de débuter sa balade macabre sur le boulevard d’Avroy. Quelques heures auparavant, le corps d’un homme de 30 ans, un certain Michael Wilmet, a été découvert dans une habitation située à On, dans la commune de Marche-en-Famenne. La victime est une connaissance de Benjamin Herman.

La police se demande aussi s’il existe un lien entre la sortie de Benjamin Herman de prison et un braquage commis dans la nuit de lundi à mardi dans une bijouterie à Rochefort.

Le direct sur mobile

Invalid Scald ID.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boris Johnson savoure son succès, mardi, après le vote du parti conservateur. Mais les Européens l’attendent de pied ferme.

    Brexit: l’Union européenne attend les premiers signaux de Johnson

  2. Le vaccin contre la varicelle a permis une forte diminution des infections
invasives à streptocoque. © D.R.

    Des chercheurs belges craquent le code du streptocoque

  3. François de Rugy a l’intention de porter plainte pour diffamation contre Mediapart. Mais le site d’information maintient toutes ses révélations.

    France: François de Rugy (presque) blanchi

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Sauver la Terre, c’est aussi préserver l’être humain de l’asphyxie

    L’eau des climatiseurs pour se désaltérer quand les robinets ne s’ouvrent que sur du vide. Des points d’eau verrouillés pour empêcher les familles de puiser plus que leur quota quotidien. Des heures d’attente aux fontaines. Des ordres de passage tirés au sort pour éviter les bagarres. De l’eau achetée à prix d’or par les plus pauvres tandis que les riches pompent des nappes phréatiques exsangues. Des douches au compte-gouttes et des repas servis dans des feuilles d’arbre pour éviter la vaisselle à laver. Un homme lynché, des camions-...

    Lire la suite