Accueil Société

Congés et politique pénitentiaires: ce que les gouvernements ne veulent pas entendre

Les congés pénitentiaires sont-ils efficaces ? En faudrait-il plus pour garantir la réinsertion ? On n’en sait rien. Les gouvernements successifs ont toujours refusé de soumettre à des études l’efficience des politiques pénitentiaires.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

La tuerie de Liège interroge le système des congés (14 octroyés à Herman) et permissions pénitentiaires (11) accordés aux détenus en fin de peine. Le ministre de la Justice, Koen Geens, n’entend pas ouvrir un débat sur une réforme de ces dispositions qui entendent favoriser la réinsertion des condamnés, ce qui répond à la finalité des sanctions pénales : « Pour les congés pénitentiaires normaux comme celui-ci, je n’aimerais pas rouvrir le débat, cela rendrait vraiment des gens désespérés en prison, car ils se préparent à une fin de peine et espèrent pouvoir s’adapter au climat de la société », a-t-il déclaré mardi sur les antennes de La Première (RTBF), assumant sa « responsabilité » et s’invitant à un «  examen de conscience  ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs