Accueil Belgique Politique

Bannir le diesel de Bruxelles en 2030? L’idée est dans l’air

Sortir du diesel, voire de l’essence : la ministre bruxelloise de l’Environnement, Céline Fremault (CDH), met la question sur la table du gouvernement bruxellois aujourd’hui. D’autres villes y réfléchissent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Faut-il bannir le diesel de nos villes ? La plupart des grandes cités européennes se posent la question. Certaines ont déjà pris une option sur l’interdiction. Hambourg a pris une première décision, limitée à deux axes de circulation (voir ci-dessous). Paris s’est donné pour objectif 2024. Rome fera de même pour son centre historique en 2024, Milan en 2030.

A Bruxelles, cela pourrait également être pour 2030. C’est en tout cas ce que la ministre de l’Environnement Céline Fremault (CDH) va proposer à ses collègues, ce jeudi. Depuis quelques mois, la ministre ne fait pas mystère qu’il s’agit d’un de ses objectifs. Reste à savoir si elle sera suivie. Et si sa proposition pourra se concrétiser d’ici la fin de la législature. Certains en doutent. D’autres qualifient la proposition de « show ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Michel Raurif, jeudi 31 mai 2018, 15:47

    L' électricité ne sera jamais l'avenir de l'automobile. L'hydrogène, lui, est l'avenir !

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 31 mai 2018, 11:54

    2030, c'est dans de 12 ans. Il y a 12 ans (2006) on parlait à peine de Tesla, et voyez ce qu'il en est aujourd'hui! La voiture électrique (le plus souvent partagée voire autonome) ça n'est pas l'avenir, c'est déjà le présent. Dans 12 ans, tous les constructeurs proposeront des véhicules 100% électriques voire même, plus du tout de véhicules à moteur à combustion interne. Cela ne s'arrêtera pas aux voitures personnelles, mais aussi aux véhicules lourds. Et il n'y a même pas besoin de légiférer : Cela se fera naturellement car économiquement parlant, c'est déjà aujourd'hui plus intéressant derouler à l'électricité que rouler aux carburants fossiles. Surtout si l'électricité est produite par ses propres panneaux solaires. Cela étant dit, si tous les véhicules étaient électriques, l'air de la ville sera probablement de meilleure qualité, mais cela ne résoudra pas les problèmes de congestion si nous ne changeons pas aussi nos habitudes de déplacement. Et aussi, une part significative de la pollution vient du chauffage des habitations et des lieux publics. Et là aussi, il y a beaucoup de choses à faire. Par exemple, interdire le chauffage au mazout et au bois à cet horizon.

  • Posté par Suzanne Cronet, jeudi 31 mai 2018, 10:30

    Et si on ne roule plus qu'à l'électricité, on sera bientôt en manque généralisé !

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 31 mai 2018, 11:57

    Non, car la production d'électricité individuelle (panneaux solaires, petites éoliennes), couplée à des batteries statiques, va aussi se généraliser. La Belgique n'est pas en avance, et c'est rien de le dire, mais ça viendra comme partout ailleurs.

  • Posté par Vanhelmont Patrick, jeudi 31 mai 2018, 9:11

    J'ai un diesel EURO 6 avec AD BLUE et quand je la démarre dans de la garage je vous assure que cela ne sent rien du tout. Je fais la même chose avec l'essence et l'odeur est tout autre. Je ne suis ni pour l'un ou l'autre mais j'ai toujours roulé avec les deux types de moteurs et je trouve que l'on à fait de sérieux progrès avec EURO6 et l' AD BLUE .

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Budget: la Vivaldi cherche 3,4 milliards d’euros

Les travaux budgétaires débutent ce vendredi. Les partenaires de la Vivaldi opèrent au départ sur la base d’une feuille de route, défendue par le Premier ministre, évaluant la correction de la trajectoire budgétaire à 3,4 milliards d’euros.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs