Actuellement, la Petite-Île fait déjà l’objet d’un programme d’occupation temporaire.
L’économiste britannique Kate Raworth, créatrice de l’image du donut, de la théorie et des pratiques qui l’accompagnent.
La Fédération horeca Bruxelles, qui redoute jusqu’à 30
% de faillites d’ici la fin de l’année, demande le maintien des terrasses temporaires jusqu’au printemps.
Alain Maron
: «
l‘avenir de nos sociétés doit rester en bonne partie dans les villes.
»
A Charleroi, l’ouverture de Rive Gauche en 2017 a contribué à désertifier la rue de la Montagne, autrefois très commerçante.
Alain Maron
: «
l’enjeu maintenant, c’est de convaincre la population de revenir dans les transports en commun.
»
A Mons, les entrées de l’intra muros donnent désormais le ton.
Mathias Lelièvre, le patron d’Engie Impact.
Du gel hydroalcoolique est mis à disposition des visiteurs à chaque attraction.
Entre Avelgem et Courcelles, une nouvelle ligne aérienne de près de 90
km traversera deux communes flamandes et quatorze communes wallonnes.
«
Le temps n’est plus à l’attractivité de la ville mais à son apaisement
» Tom Sanders, directeur de la stratégie territoriale chez Perspective.brussels. © Belga.
L’un des deux manoirs présents au Domaine de Mambaye serait entouré de nouvelles activités.
d-20200816-GHF3HN 2020-08-16 14:51:08
A Mons, on revendique le symbole de liberté que représente le beffroi.
Le Mardasson, connu dans le monde entier.
Dans le projet «
Imagine the future
», le studio 
OVERSIZED CHARLEROI s’attaque au patrimoine bâti inutilisé accumulé au fil des ans. La conception du projet et les réflexions par rapport à sa représentation ont donné lieu à une série de dessins poétiques qui imaginent, remettent en question et explorent quelques idées pour convertir un bâti vide surdimensionné afin qu’il réponde aux besoins actuels.
A Rome, des tests sérologiques sont réalisés sur les passagers d’un car en provenance de Roumanie.
L’annonce du retrait des forces fédérales a fait retomber la tension à Portland. Mais les manifestants restent prêts à se mobiliser...
«
Là où avant on agrandissait les villes au détriment de la nature, il faut maintenant créer une nouvelle symbiose ville/nature.
»
Maf Architecten propose de nouveaux types de bâtiments pour un nouveau vivre-ensemble 
: ces «
amortisseurs urbains
» seraient des édifices, des interventions ou des structures apportant une valeur ajoutée à la vie urbaine et pouvant assumer une fonction supplémentaire en cas de crise sanitaire.