L’appel de la FEF, la bisbrouille des acteurs
Les 100.000 étudiants inscrits dans les universités francophones ne retrouveront pas leurs campus respectifs avant la fin du programme normal de cours prévue vers le 15 mai.
belgaimage-162520072-full
Image=d-20200316-GFJ20G_high
shutterstock
d-20180530-3MG0FN 2020-01-06 11:07:10
d-20200316-GFHPUJ 2020-03-16 16:49:02
Pour les plus jeunes, le trimestre est terminé
: pas de cours, présence à la maison ou garderie pour ceux qui ne peuvent faire autrement.
La page ULB Confessions fait partie de la vie quotidienne des étudiants du campus.
Différents rôles

Différents rôles

«
Si on sait que, par sa taille et sa nature, on risque de susciter un intérêt médiatique, autant prendre les devants.
» explique Emmanuel Goedseels.
«
C’est comme une grosse grippe
», lance Florence. «
Je ne vais pas m’empêcher de vivre à cause de ça.
» «
Moi, je prends la peine d’éternuer dans mon coude, comme c’est conseillé de le faire
», intervient Camille. © Dominique Duchesnes.
La façade de la Higher School of Economics à Moscou
: les débats politiques n’y ont plus bonne presse..
Le consentement reste une notion floue pour certains jeunes, ici invités à discuter du sujet par l’association O’Yes.
Tout le monde est d’accord sur le fait qu’un enseignant doit obligatoirement maîtriser la langue de l’enseignement. Tout le monde est d’accord aussi sur le fait qu’on ne peut entraver l’accès aux formations des maîtres.
DSC_0131
Le plus souvent, les choses se passent bien entre jeunes adultes informés, adeptes... d’un certain folklore.
A l’EFP, institut de formation ucclois, de nombreux étudiants (ici, en micro-brasserie) se forment en marge de leur emploi. © Roger Milutin.
Le projet «
les savanturiers
» part du questionnement des jeunes, leur offre à tout âge les méthodes de la recherche, pour relever les défis qui sont les leurs.
Camille, ex-étudiante Erasmus+