Intempéries: le numéro 1722 actif jusqu’à vendredi midi

©Belga
©Belga

Le numéro 1722 destiné aux demandes d’intervention des pompiers pour des causes non-urgentes restera actif jusqu’à vendredi midi au moins. Son activation pourrait encore être prolongée en fonction des prévisions de l’IRM. Le SPF Intérieur demande de réserver les appels au 112 lorsqu’il y a danger de mort et de privilégier le 1722 pour les interventions non-urgentes.

L’Institut Royal Météorologique (IRM) a annoncé un code jaune en raison des risques d’orage jeudi. Normalement le numéro 1722, destiné aux interventions pompiers non urgentes, est seulement activé pour un code orange. Etant donné qu’il existe encore des probabilités d’orages localement, le 1722 restera encore actif au moins jusqu’au vendredi 1er juin midi. Son activation pourrait encore être prolongée en fonction des prévisions de l’IRM.

Le numéro non urgent 1722 permet de décharger le numéro d’urgence 112 en cas de tempête ou d’orage, et d’éviter que des personnes dont la vie est en danger ne doivent attendre inutilement lorsqu’elles appellent le 112.

Entre l’activation du lundi 28/05 midi et ce jeudi matin à 7h30, les centrales d’urgences ont reçu un total de 717 appels au 1722 à la suite de l’orage, selon les données du SPF Intérieur.

► Les prévisions dans votre région.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les succès électoraux des partis anti-système et d’extrême droite qui fleuri un peu partout en Europe laissait présager une vague eurosceptique au Parlement européen en mai prochain.

    Élections européennes: le Parlement échapperait au tsunami populiste

  2. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  3. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite