Accueil Société Régions Bruxelles

Comment Bruxelles prend le chemin d’une interdiction du diesel en 2030

Le gouvernement bruxellois a fixé le principe d’une fin du diesel en 2030. Mais il va d’abord lancer une grande concertation à ce sujet. Et étendre le réseau de mesure de la qualité de l’air.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Le gouvernement bruxellois a pris une option sur une sortie du diesel en 2030 ainsi que Le Soir l’avait évoqué ce dossier dans ses éditions du 31 mai. Sur proposition de la ministre de l’Environnement, Céline Fremault (CDH), il a pris la décision de lancer « une concertation » avec tous les acteurs de ce dossier, privés comme publics, « en vue d’atteindre l’interdiction des véhicules diesel au plus tard en 2030 ».

La concertation qui s’ouvrira prochainement évoquera également l’interdiction des véhicules à essence « dans une étape suivante ». Elle portera enfin sur « le développement à court et moyen terme des technologies alternatives ». On pense aux véhicules électriques, hybrides et roulant au CNG.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Michel Raurif, vendredi 1 juin 2018, 15:43

    Jamais, tout ces donneurs de leçon ont pour devise : " faire ce que je dit pas ce que je fait " Horreur, dans un transport en commun avec toute cette racaille, non, non, mon auto !!!!

  • Posté par FREDERIC PAEME, jeudi 31 mai 2018, 20:33

    Et si tous ceux qui souhaitent tant interdire les véhicules (politiciens,avocats, environnementalistes, ... = donneurs de leçons) commençaient par montrer l'exemple et abandonnaient directement leurs véhicules et se déplaçaient en transports en commun comme de plus en plus de Bruxellois le font ...

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 31 mai 2018, 18:45

    Même si les nouveaux moteurs Diesel sont effectivement plus "propres" (et le seront encore plus à l'avenir) il n'en reste pas moins que c'est toujours du CO2 (qui n'est pas un polluant) en trop qui est rejeté dans l'atmosphère, alors qu'il faudrait tout faire pour arrêter d'en rejeter et possiblement d'en recapturer. C'est d'autant plus vrai si ce CO2 est d'origine fossile et a été capturé il y a des millions d'années (par opposition au Diesel "vert" dont le CO2 n'a été capturé que quelques années, voire mois, plus tôt). Et les émanations des moteurs de voitures Diesel ne représentent qu'une partie des polluants rejetés dans l'atmosphère. On oublie que les polluants issus du chauffage (surtout au mazout, moins au gaz) représentent une part importante de la pollution urbaine. De toutes manières, d'ici 2030, plus personne ne voudra d'une voiture à moteur à combustion interne et ne voudra plus que des voitures électriques: plus performantes, moins chères à l'exploitation (et bientôt aussi à l'achat) et plus confortables. Pas besoin de légiférer, ça se fera naturellement.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs