RTL: les changements à la tête du groupe officialisés

Erwin Lapraille.
Erwin Lapraille. - Bruno Dalimonte. Le Soir.

Selon nos informations, une réunion avec les représentants du personnel de RTL a été convoquée pour ce lundi. Objectif : leur communiquer les changements qui interviennent dans le management de la société.

Le départ d’Eric Adelbrecht de la direction de la radio a déjà été annoncé aux équipes de la radio ce mercredi. Il paie les mauvaises audiences de Bel RTL. Il reste néanmoins chez RTL. Il s’occupera des dossiers liés au futur plan de fréquences qu’on annonce pour février/mars 2019. Il devra notamment défendre devant le CSA le dossier Mint, la troisième radio que RTL voudrait pouvoir lancer sur la bande FM. Il s’occupera aussi de tout le dossier technique concernant le lancement de la radio numérique (DAB+). Il est remplacé par Erwin Lapraille qui était jusqu’ici directeur du marketing.

Marketing à trois pôles

Qui va remplacer ce dernier ? Personne. La direction a informé les équipes ce jeudi après-midi de la disparition de ce poste. A la place, il y aura trois pôles. Un pôle analyse/études de marché qui sera dirigé par le directeur de la stratégie Didier Lefevre. Un pôle relation média et « corporate affairs » dirigé par Christopher Barzal et enfin un pôle communication en charge de toutes les activités de marketing opérationnel, partenariats média…

Quid de Stéphane Rosenblatt ? Comme nous l’expliquions dans notre édition du 25 mai, le directeur général de la télévision était responsable également depuis un an du contenu de Bel-RTL. Ce ne sera plus le cas puisqu’Edwin Lapraille reprend toutes les compétences liées à la radio. Stéphane Rosenblatt vit assez mal cette situation, d’autant qu’il avait déjà perdu la direction de l’information il y a un an, et serait « déterminé à se faire respecter », selon des sources internes. Selon nos informations, le CEO Philippe Delusinne lui aurait fait des propositions qu’il aurait refusées. On ne sait toujours pas quelle sera exactement sa mission dans le cadre de cette réorganisation du management.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Radio-tv|Études de marché|Marketing
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel s’attendait depuis plusieurs jours au départ des ministres N-VA du gouvernement. Sa riposte était prête et il avait déjà préparé.

    Crise politique: les trois scènes qui ont mené à la rupture

  2. Le président de la N-VA a utilisé une formule qui est à la fois extrêmement efficace et qui n’est pas suffisamment outrancière pour qu’on puisse s’en offusquer.

    «Coalition Marrakech», les mots n’ont pas été choisis par hasard

  3. Charles Michel et la N-VA. Kroll paru le 14 octobre 2014

    Le gouvernement bascule: quatre ans de suédoise vus par Kroll

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite